Menu

Société

Projet de cyber-espionnage : Y'a-t-il un ministre des TIC à l'île Maurice ?


Rédigé par E. Moris le Vendredi 15 Juillet 2022



Projet de cyber-espionnage : Y'a-t-il un ministre des TIC à l'île Maurice ?
Depuis les révélations explosives de l'ancien CEO de Mauritius Telecom concernant un projet de cyber espionnage mettant en péril la sécurité nationale, soit le 1er juillet 2022, à la suite de sa démission la veille, le ministre des TIC se mure dans un silence assourdissant.  

A l'île Maurice, le retour des censeurs de la liberté d'expression

On le voit par contre défilant dans les différents temples de l'île ou distribuant des poubelles, "moletons", dans sa circonscription, mais aucun commentaire ou conférence de presse pour rassurer la population sur le sujet. Alors que le « Projet Pegasus » avait révélé un système mondial d’espionnage de téléphones, sous forme d'arme numérique utilisée contre des journalistes, des avocats, des militants et des responsables politiques de nombreux pays, dont la France. A Maurice, ces violations des droits de l'homme commises par des Etats sur des hommes politiques et de leur population, semble avoir fait des émules.

Des accusations d'harcèlement sexuels alléguées refont surface concernant Deepak Balgobin.

Rappelons que le ministre des TIC, lors du coup d’envoi des débats sur le Cybersecurity and Cybercrime Bill en novembre 2021, n'a eu de cesse de rassurer qu’en aucun cas, les réseaux sociaux seront surveillés. Il a affirmé que ceux qui critiquent le gouvernement font dans la démagogie. Selon Deepak Balgobin, le projet de loi « respecte les droits de l’Homme », car en aucun cas, le National Cybersecurity Committee aura le pouvoir d’enquêter. Les enquêtes policières, selon le ministre, se feront en toute indépendance. Ce qui n’était peut-être pas une phrase à dire ! 

Pour Deepak Balgobin, le Cybersecurity and Cybercrime Bill vise à mieux combattre la cybercriminalité, renforcer la cyber résilience et renforcer la coopération internationale. À quel point aura-t-il convaincu avec les récentes révélations de l'ancien CEO de Mauritius Telecom ? Le projet de loi de Cybersecurité afin de combattre la Cybercriminalité, n'est au final qu'une version sucée et resucée  de la Consultative Paper de l’Information and Communication Technologies Authority (ICTA), après l'échec cuisant en matière de répression sur la liberté d'expression de Maneesh Gobin, le Part time Attorney general, puis de Me Dick Ng Sui Wa, le Part time Chairman de l’Information and Communication Technologies (ICTA), enter Deepack Balgobin, ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation (TIC).

Pêle-mêle : piratage, utilisateurs Facebook, médias, sites web.

Selon Ish Sookun, Systems Architect à La Sentinelle, le comité national de cybersécurité sera composé de membres sélectionnés uniquement par le ministre, ceci alors qu' «il n’y a aucune transparence et aucune possibilité pour quelqu’un de faire appel de toute décision prise par le comité» dans la forme actuelle du projet de loi.

Liberté d'expression à l'île Maurice : la dérive dangereuse de l'ICTA

Dick Ng Sui Wa veut mettre un bâillon aux rédactions de presse 

Vendredi 15 Juillet 2022


1.Posté par Caro le 15/07/2022 12:43
Le ministre dit que la loi respecte le droit de l homme, et lui il ne respecte même pas les droits de la femme!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.