Menu



Société

Le ministre du "Code noir", Deepak Balgobin, en pleine tourmente


Rédigé par E. Moris le Jeudi 23 Juillet 2020



Nommé nouveau ministre de la Technologie, de la Communication et de l’Innovation (TIC) du gouvernement de Pravind Jugnauth sous la bannière de l'Alliance Morisien, Deepak Balgobin fait parler de lui mais toujours pour de mauvaises raisons.

Deepak Balgobin, habitant Mare-La-Chaux, village situé dans la circonscription No 9, est membre du MSM depuis 2005. Le 15 décembre 2017, un mois après être intervenu comme "négociateur" entre le Bâtiment du Trésor et le député orange de la circonscription n°9, il avait été nommé Executive Director du NPCC avec un salaire d'au moins Rs 120 000. 

Des accusations d'harcèlement sexuels alléguées refont surface concernant Deepak Balgobin.

Les allégations de harcèlements sexuels et d’intimidations dont fait l’objet l'ancien directeur exécutif du National Productivity and Competitiveness Council (NPPC) a de quoi embarrasser, même si la plaignante a depuis, retiré sa plainte à la suite de la polémique dans la presse et la proportion politique engendrée.

Deepak Balgobin accusé d'occuper un terrain illégalement à Trou-d’Eau-Douce 

Une affaire qui remonte à 2007 mais qui refait surface avec le rassemblement d’Affirmative Action contre la discrimination. Une famille de Trou-d’Eau-Douce accuse ainsi le ministre d’occuper son terrain de 30 arpents illégalement.

Le plaignant, dont l'affaire traîne en cours depuis 13 ans, déclare avoir tous les papiers, y compris un acte datant de 1812. Il aurait dépensé Rs 5 M dans cette bataille. Une affaire qui sera finalement entendue cette semaine.

Dérapage et propos discriminatoires

Une publication a été supprimée depuis, mais la polémique enfle. Suite aux propos grossiers du ministre des Sports, Stefan Toussaint envers la députée du MMM, Joanna Bérenger, qui aurait répliqué pour se défendre, en traitant ces derniers de "zakos" au sein de l'assemblée. Deepak Balgobin aurait commenté la publication en parlant de "colons blancs". 

Navin Ramgoolam prend la défense de Joanna Bérenger face aux "bachiara" de la majorité parlementaire 

C'est ainsi que lors de la dernière séance parlementaire, ce député, en a remis une couche en brandissant dangereusement, le recueil du Code noir qui rassemble toutes les dispositions réglant la vie des esclaves noirs dans les colonies françaises. Il a été rédigé principalement pour réprimer les abus et le mauvais traitement des Noirs employés dans les plantations, et mettre fin à un trafic qui s’est développé en toute illégalité. Le recueil, comprend entre autre  l’indifférence des colons à l’égard de l’éducation religieuse de leurs esclaves et les rapports sexuels maîtres-esclaves.

Commentaires jugés racistes, du ministre Balgobin par l’opposition

Partrick Assirvaden, le président  du Parti travailliste a préféré effectuer un walk-out du parlement le 22 juillet. Le député rouge déplore le fait qu’en 2020, un ministre ose évoquer le « code noir de l’esclavage » au parlement. "Des propos, d’un autre temps, que je ne pouvais cautionner...Ce genre de commentaires est inadmissible a l’Assemblée Nationale."

 

Jeudi 23 Juillet 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.