Menu



Société

Liberté d'expression à l'île Maurice : La dérive dangereuse de l’ICTA


Rédigé par E. Moris le Samedi 17 Avril 2021



Cela fait un moment que le gouvernement voulait s’attaquer aux problèmes des commentaires haineux, diffamatoires et sectaires sur les réseaux sociaux. Mais en voulant régler un problème qui existe réellement, il pourrait faire d’une pierre deux coups. Il est en passe de régler l’autre problème, qui l’intéresse davantage celui-là, c’est à dire des critiques anti-gouvernementaux sur les réseaux sociaux.

Le gouvernement a avancé par étapes à travers son cheval de Troie, Me Dick Ng Sui Wa, le président de l’Information and Communication Technologies Authority

Rappelez-vous, dans un passé pas trop lointain, l’avocat, aujourd’hui accoquiné au gouvernement MSM, déplorait l’absence de pouvoirs de l’ICTA à enquêter et à poursuivre les auteurs de publications et commentaires sur les réseaux sociaux. Ils ont trouvé la formule. Ainsi, profitant du nombre de plaintes pour divers délit sur les réseaux sociaux (agacement, harcèlement, usurpation d’identité…), l’ICTA vient avec un consultation paper en vue de mettre sur pied un cadre légal afin d’adresser le problème d’abus et de mauvaise utilisation des médias sociaux et plateformes digitales avec seulement 2 051 plaintes.

L'’ICTA propose un remède de cheval qui risque de tuer l’animal, ou plutôt les bêtes sociales que nous sommes, avant de le régler

Que propose l’ICTA  dans son « Consultation Paper on proposed amendments to the ICT Act for regulating the use and addressing the abuse and misuse of Social Media in Mauritius » ? Tout simplement de partitionner le trafic entrant et sortant d’Internet à Maurice.

Ainsi, tout ce qui concerne le trafic sur les médias sociaux seront redirigés vers un serveur proxy. Il sera alors décrypté pour que, dans l’éventualité d’une plainte : (i) la page Web de la plateforme digitale puisse être bloquée sans que le site lui-même ne soit affecté ; (ii) le faux profil puisse être bloqué et l’auteur débusqué sans avoir à contacter l’administrateur ; (iii) des commentaires offensants, disons dans le cas du site d’un média établi, il soit possible de remonter jusqu’à l’adresse IP originelle et ainsi savoir qui a posté le commentaire...Cela, sans bloqué le site…

Mais il est aussi précisé qu’une fois décrypté, les données (le trafic) seront dirigées vers une application qui va l’analyser en utilisant des mots-clés...Par la suite, le trafic décrypté sera encrypté de nouveau par le serveur proxy et envoyé aux serveurs des médias sociaux et plateformes digitales choisis. 

Mais mieux, ce sera, souligne le document, effectué par le biais d’une opération unique. Car tout utilisateur à Maurice qui va essayer d’accéder à ces médias sociaux et plateformes digitales devra passer par le serveur proxy. Un genre de traceur va s’installer automatiquement sur son smartphone ou ordinateur ou tout autre outil électronique utilisé. 

 Big Brother à la puissance de l’infini

Il sera demandé à chaque Mauricien d’installer une application espionne sur son téléphone qui sera géré par on ne sait qui, mais à la botte de qui on sait ! Évidemment, pour faire passer la pilule, l’ICTA dans son document souligne que c’est un National Digital Ethics Committee qui sera chargé d’enquêter sur toute plainte et qui sera responsable de toute l’opération. Ce sera un organisme indépendant, assure l’ICTA. Mais y a-t-il des instances indépendantes dans ce pays ? 

Dick Ng Sui Wa veut mettre un bâillon aux rédactions de presse 

La défunte Allemagne de l’Est avait poussé l’espionnage de ses propres citoyens au rang d’art. Un habitant sur trois sous surveillance et un voisin sur trois pouvait être un indic de la Stasi. Là, c’est encore mieux ! Chaque Mauricien aura un indicateur dans son ordinateur ou son smartphone ! 

Une fois enregistrée sur ce serveur proxy, toute personne critique pourrait être identifiée et traquée par les hommes du pouvoir. Une fois que vous émettez un message critique contre le gouvernement, qui dit que vous n’allez pas entrer dans une liste des cibles du gouvernement ? Même si des actions ne seront pas prises contre vous. 

Cependant, l’ICTA semble être consciente que le remède pourrait être difficile à faire avaler. Il précise dans le document que toutes ces propositions devront passer le test de la constitutionnalité ! C’est-à-dire qu’il faut vérifier si elles cadrent avec les dispositions de la Constitution du pays. Voilà un nouveau pas vers la dictature que le gouvernement franchit allègrement !

Samedi 17 Avril 2021


1.Posté par kersauson de (p) le 18/04/2021 09:17
ce que nul pays "ayant les moyens techniques" n 'a reussi ( hors Korea China Russia..) MOMO ek ses petits bras ( ceux de pra-vid19 notre vénéré Maitre Inkapav du Soley) le ferait.
c'est nous couper de fesse-bouc twister gogole ets ..
DONC de TOUT HORS MBC ...la voix de son Maitre..
derive mafieuse diktatoriale de MsM "mouv.scelerat Mafieu.."

2.Posté par BOb le 18/04/2021 19:47
Alors les gens devront mettre aussi des proxy des ip ailleurs utiliser tor et pas google

3.Posté par Critiquer Maurice quand le 19/04/2021 07:12
Quand en France on enferme des écrivains parce qu'ils ont écrit des livres...
Hervé Ryssen vient de sortir de prison après 212 jours de détention...pour avoir écrit un livre

La dictature française se permet de donner des leçons aux mauriciens.

4.Posté par Maurice à Droite le 19/04/2021 12:31
@Critiquer Maurice quand

Hervé Ryssen, le militant d'extrême droite a été condamné en 2017 et en 2018 par la cour d'appel de Paris des chefs «d'injure, de provocation et de diffamation publique en raison de l'origine, de l'ethnie, la nation, la race ou la religion». En 2017, ce furent pour des messages antisémites postés sur Twitter et sur Facebook. En 2018, pour une vidéo YouTube intitulée «Les juifs, l'inceste et l'hystérie», où «une voix off exposait les raisons laissant penser que le peuple juif serait un peuple d'incestueux».

Si vous voulez une île de raciste, faite vous plaisir on vous les enverra.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.