Menu

Société

Parodie sur le Net : la charge provisoire contre Rachna Seenauth de «Breach of ICTA » rayée


Rédigé par E. Moris le Dimanche 5 Septembre 2021



Parodie sur le Net : la charge provisoire contre Rachna Seenauth de «Breach of ICTA » rayée
Il y a quelques jours, l'avocat Akil Bissessur a vu l’accusation provisoire d’infraction à l’ICT Act, logée contre lui suite à la diffusion d’une vidéo sur Sherry Singh, rayée devant la cour de district de Rose-Hill. Il a par ailleurs déclaré que suite à une motion de ses avocats, le DPP a indiqué en cour que cette charge provisoire n’a aucune base légale.

Quel rôle a joué Dick Ng Sui Wa dans l'arrestation de Rachna Seenauth ?

Le 15 avril 2020, Rachna Seenauth, avait été arrêtée dans le cadre de l’enquête concernant l’accusation provisoire de «Breach of ICTA ». Kaushik Jadunundun, ex-membre du board de l'Information and Communication Technologies Authority (ICTA), avait consigné une plainte contre la secrétaire d’Ameenah Gurib-Fakim, après un post (mème) qu’elle a partagé, qui fait état d’une rencontre entre le Premier ministre Pravind Jugnauth et d’autre dirigeants internationaux par visioconférence sur la gestion du Covid 19 après que Maurice ait enregistré zéro cas en 48 heures. Une publication partagée par des milliers d'internautes.

Rachna Seenauth sert une mise en demeure à l'état, au CP et au Pm

Le Premier ministre avait même soutenu que sa publication sur les réseaux sociaux lui avait porté préjudice ainsi qu’à son gouvernement... Me Rouben Mooroongapillay, l’avocat de Rachna Seenauth, avait maintenu pour sa part que la section de l’ICT Act, sous laquelle la police poursuit sa cliente, est anticonstitutionnelle. La justice lui a donné raison en rayant la charge provisoire. 

Pour une parodie sur le Net, l'ancienne secrétaire de la Présidente de la République a passé la nuit en cellule et libérée après s’être acquittée d’une caution de Rs 7 000.

Dimanche 5 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.