Menu


Faits Divers

Pour une parodie relayée sur le net, la secrétaire de l'ex Présidente de la République passe la nuit en prison


Rédigé par E. Moris le Mercredi 15 Avril 2020



On est en théorie libre de dire, d'écrire et de caricaturer. La volonté du gouvernement de recourir à l'arme de la loi pour lutter plus efficacement contre les Fake news propagées sur Internet, pourrait ouvrir une boîte de Pandore néfaste pour la liberté d'expression.

Ce n'est un secret pour personne, le Premier ministre et le gouvernement, sont régulièrement ciblés par les internautes. Les scandales à la pelle suscitent indignation. Si la peur de manifester dans les rues est une réalité, la révolution se fait via le numérique. Les pages sur les réseaux sociaux se sont multipliées entre responsabilité et conviction citoyenne.

La (supposée indépendante) IBA s'acharne contre Top FM

Rachna Seenauth a été arrêtée ce mercredi 15 avril par l’unité du cybercrime du Central CID, pour "fake news".  Il lui est reprochée d’avoir publié sur son compte Facebook, une parodie montrant une rencontre entre le Premier ministre, Pravind Jugnauth et d’autres leaders internationaux pour connaître ses "astuces" sur la gestion du Covid-19. Rappelons qu'il n'y aucun cas de Covid-19 depuis trois jours à Maurice selon les autorités. 

La secrétaire de l’ancien Président de la République passera la nuit en cellule ce soir. Elle est représentée par Me Rouben Mooroongapillay.

Répression contre la presse à Maurice, un clip devient viral sur le Net

Rappelons que les modifications au projet de loi du Judicial Legal and Judicial Provisions Bills votées sous un "faux" prétexte pour tenter d'éradiquer la propagation des fake news sur Internet n'est pas nouveau. Le ministre Yogida Sawmynaden, ministre des TIC s'était essayé au même exercice avec un piètre résultat. 

L'Attorney General, Maneesh Gobin a précipité l'introduction de cette loi au Parlement sachant que ce n'est ni plus ni moins une tentative de museler la liberté d'expression.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.