Menu


Société

Quel rôle a joué Dick Ng Sui Wa dans l’arrestation de Rachna Seenauth ?


Rédigé par E. Moris le Samedi 18 Avril 2020



S’il est clair désormais que c’est Kaushik Judunundun, membre du board de l’Information and Communication Technologies Authority, qui a porté plainte contre l’internaute (et secrétaire d’Ameenah Gurib-Fakim) Rachna Seenauth, le rôle joué par le chairman de cette institution n’a pas encore été éclairci. 

On s’explique. Dans un commentaire sur le wall de Rachna Seenauth, Me Dick Ng Sui Wah a écrit que le post de celle-ci n’était pas correct. Mais est-ce une coïncidence que le même jour, presque au même moment, Kaushik Judunundun, membre du même organisme, porte plainte contre l’internaute ? Mieux, dans les commentaires sur un (long) post de Sedley Assonne, le même Dick Ng Sui Wa s’est fait lapider pour avoir mal compris le terme « juger ». 

Mais qui est le fameux Dick Ng Sui Wa ?

Homme de loi certes, il était l’un des bad boys du barreau à un certain moment. Il avait une réputation sulfureuse, même s’il est loin d’égaler l’ami Hurnam par exemple. D’ailleurs, quelques-unes des apparitions de Dick Ng Sui Wa devant les tribunaux avaient trait à ses déboires personnels et non la mission noble de tout homme de loi de faire avancer le droit ! Mais passons sur l’aspect personnel pour l’aspect politique. 

Proche d’Ashock Jugnauth, Me Dick Ng Sui Wa est nommé président du Trust Fund for Specialised Medical Care lorsque l’oncle de Pravind Jugnauth est ministre de la Santé de l’alliance MSM-MMM (2000 – 2005).

Après la défaite de 2005, Dick reste aux côté de son mentor Ashock qui connaît nombre de déboires, que ce soit sur le plan politique (il quitte le MSM) et judiciaire (son élection est contestée pour pot-de-vin électoral). 

Secrétaire de l’Union nationale, le nouveau parti d’Ashock Jugnauth, Dick Ng Sui Wa est à ses côtés à la partielle qui verra l’élection de Pravind Jugnauth. En même temps, l’ancien président du Trust Fund for Specialised Medical Care est poursuivi par l’Icac sous trois charges de corruption. Il lui est reproché d’avoir réclamé et obtenu des rabais sur des billets d’avion pour des voyages en France, en Inde et en Afrique du Sud. Cela, durant la période novembre à mai 2003. Des remises destinées uniquement aux missions officielles. Il sera blanchi après un procès qui aura duré plusieurs années.

Entretemps, sur le plan politique, Me Dick Ng Sui Wa fait des zigzags étonnants. Il quitte l’Union nationale pour le PTr en 2010 où il jouera un rôle de troisième plan… jusqu’à ne plus exister.

Entretemps, il se fait remarquer en devant l’avocat des familles Hartes-McAreavey à Maurice. Et en 2014, il réapparait en tant que membre du PMSD. Le PMSD est en alliance avec le MSM et le Muvman Liberateur. L’Alliance Lepep, donnée comme extrême outsider, remportera les élections et Dick Ng Sui Wa se retrouve au poste de chairman de la Mauritius Film Development Corporation. 

SerenityGate : Vikram Jootun "nous avons désormais un pied à Hollywood"

Il démissionnera en décembre 2016 lorsque le PMSD quitte le gouvernement. Il se targuera de s’être baladé avec sa lettre de démission en poche pendant plusieurs jours.

Dick Ng Sui Wa, en véritable girouette politique, se fait oublier quelque temps avant de se rapprocher du MSM et d’obtenir une nomination comme assesseur de l’Independent Police Complaints Commission en même temps que Phalraj Servansingh, dont la loyauté envers le MSM ne peut être questionnée. 

Les deux démissionneront en même temps peu avant les élections pour donner un coup de main à l’Alliance Morisien. Et par la suite, le 31 janvier 2020, plus précisément, le Conseil des ministres avalise sa nomination à la tête de l’ICTA où il sévit actuellement. 

Dick ou autant l’emporte le vent !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.