Menu



Société

Les "followers" du prédicateur radical Javed Meetoo estiment être «traumatisés» par la police


Rédigé par E. Moris le Mercredi 19 Juin 2019



Après  les incidents à Chitrakoot à la veille de le fête de l’Eid-Ul-Fitr le 4 juin, la police a interpellé le prédicateur radical Javed Meetoo, connu des autorités mauriciennes et de la cellule anti terrorisme. 

C’est grâce à la plaque d’immatriculation de son véhicule qui a permis à la police de l’identifier. La police ayant objecté à sa remise en liberté conditionnelle en cour de Port-Louis, il a été incarcéré depuis à Alcatraz. Deux chefs d’accusations ont été retenus contre lui à savoir,  d’avoir tenu un rallye illégal et damaging property by band.  

La police a également interpellée des présumés complices soupçonnés d'avoir participés au rallye illégal dans les rues de la capitale. Quatre des douze suspects impliqués dans les incidents à Vallée des Prêtres   ont retrouvé la liberté conditionnelle. Ils sont accusés provisoirement de « damaging property by band » et « Taking part in an illegal assembly ».  

C'est sous forme de "mini" conférence de presse hier mardi 18 juin, que les partisans de Javed Meetoo ont fait part de leur traumatisme à la suite des perquisitions à leurs domiciles. 

Ils accusent les autorités mauriciennes de harcèlement envers leur leader Javed Meetoo. 
Selon eux, le rallye n’était que l’expression de joie après que la lune ait été aperçue afin de célébrer la fin du ramadan. 

Lire également sur le sujet : 

Manifestation illégale et anti LGBT, Javed Meetoo reçoit un avertissement    

Les radicaux islamiques à Maurice    

Zinfos Moris a retrouvé Javed Meetoo    

Javed Meetoo continue dans la provocation     

  
Javed Meetoo : "Oui je suis pour un état islamique"

Mercredi 19 Juin 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.