Société

[Dossier] Manifestation illégale et anti-LGBT : Javed Meetoo reçoit un...avertissement

Jeudi 20 Décembre 2018

L'occupation illégale de la Place d'Armes au mois de juin à Port-Louis par des groupuscules extrémistes musulmans menés par Javed Meetoo, un prédicateur radical connu des autorités mauriciennes et de la cellule anti terrorisme, et la manifestation qui a suivi, avaient mis les militants de la marche pacifique organisée par le Collectif Arc-en-ciel en danger.


Après les menaces de mort, les incidents qui ont suivi auraient pu dégénérer si le Collectif, dans un souci d'apaisement, n'avait décidé d'annuler la marche afin d'assurer la sécurité de ses militants au Caudan. 
 
Retour sur l'itinéraire de Javed Meetoo, le meneur de ces manifestations, considéré comme l'un des hommes les plus dangereux de Maurice 

Des relations troubles entre certains ministres et des groupuscules musulmans extrémistes
 
La responsabilité du gouvernement et des forces policières ont été mises en cause par de nombreux hommes politiques et par certains médias suite à son refus d'arrêter immédiatement Javed Meetoo lors de cette manifestation illégale, connaissant ses actions répétées pour déstabiliser le pays. 

Leur silence est-il lié aux relations troubles de certains ministres avec des groupuscules de musulmans extrémistes. Comme par exemple entre la Voix musulmane et l'ancien vice-Premier ministre Showkutally Soodhun ainsi que de sa fidèle lieutenant Roubina Jadoo-Jaunbocus, ex ministre de l'Egalité du genre et de la famille ! 

Ce n'est que cinq jours après la manifestation illégale à la Place d’Armes, à Port-Louis, contestant la "Marche des Fiertés" du collectif Arc-en-Ciel, Javed Meetoo, son organisateur, a été convoqué aux Casernes centrale pour fournir des explications quant à son implication et sa participation à ce rassemblement. 

Il était accompagné de son homme de loi, Me Raouf Gulbul. L'avocat de la famille MSM et de Pravind Jugnauth dans l'affaire Medpoint.

Souvenez-vous, l'inspecteur Shiva Coothen en avait profité pour annoncer que d’autres arrestations allaient avoir lieu. Elles sont toutes liées à des infractions à l’article 138 du Code pénal interdisant les rassemblements illégaux. 

Pourtant, il avait à sa disposition les articles de la Prevention of Terrorism Act (PoTA) qui a été modifiée pour décourager les Mauriciens radicalisés. Suite au cas Yogen Sundrun, l’un des premiers Mauriciens à avoir fait l’apologie du terrorisme sur YouTube et à l'enquête de la cellule anti-terroriste au Prime minister’s Office (PMO) sur les pérégrinations supposées de Reaz Lauthan auprès de l’État islamique en 2013, la décision a été prise de renforcer davantage la Prevention of Terrorism Act (PoTA) de 2002. 

La loi antiterroriste a été amendé comme suit : L’article 3 de la PoTA a été modifié afin de poursuivre toute personne consentant, collaborant ou participant à un acte terroriste. Il inclut également toute personne menaçant de commettre un tel acte ou qui en fait la promotion, voire encourage des tiers à se lancer dans de telles activités. 

Un ajout à l’article 4 pour que la PoTA peut être utilisé contre toute personne ayant reçu une formation, quelle que soit sa nature, au sein d’une organisation proscrite à Maurice comme à l’étranger. 

L’article 5 avec un alinéa sur le "terrorist training""Toute personne qui a connaissance d'un lieu situé à l'intérieur ou à l'extérieur de l'île Maurice destiné à recevoir des instructions ou une formation en relation avec des actes de terrorisme commet une infraction". 

L'article 6 condamne les habits qui pourraient suggérer une appartenance à une organisation proscrite ou l’utilisation de banderoles ou de drapeaux pouvant laisser penser qu’une personne sympathise ou épouse les préceptes de celle-ci. La police aura les pleins pouvoirs pour interpeller cette personne sans avoir un mandat au préalable. 

Comme on le voit, les policiers auraient parfaitement pu utiliser cet article 6 pour poursuivre Javed Meetoo puisque, sur les photos de la contre-manifestation des intégristes, on voit parfaitement des pancartes "pouvant laisser penser qu’une personne sympathise ou épouse les préceptes" d'un mouvement proscrit. Ce qui est le cas de Daesh. D'autant que par le passé, et même comme révélé par une enquête de la Rédaction de Zinfos Moris, les sympathisants de Meetoo n' hésitent pas à brandir le drapeau de Daesh dans leurs manifestations, sans que là aussi la police n'intervienne. 

Lire : https://www.zinfos-moris.com/Javed-Meetoo-continue-dans-la-provocation_a123.html

Mais surtout, bizarrement, plus personne n'évoque le fait que ces manifestants étaient armés, un argument révélé par les policiers eux mêmes aux organisateurs de la Marche des Fiertés pour justifier de son annulation.

A quel jeu jouent la police et le gouvernement mauricien? 

Javed Meetoo n’est pas un inconnu de la police, ni de la brigade anti-terroriste. Il serait le leader d’un réseau qui aurait encouragé des Mauriciens à se rendre en Syrie et en Irak pour se battre aux côtés du groupe État islamique. Il a également été interrogé dans le cadre des coups de feu sur l’ambassade française à Maurice en 2016. 
 
Fin 2014, les services de renseignement mauriciens ont découvert qu'une poignée de musulmans de nationalité mauricienne s'étaient rendus en Syrie et en Irak pour se battre aux côtés de l'État islamique autoproclamé. Beaucoup de ces recrues djihadistes étaient influencées et facilitées par un petit réseau d'idéologues. Les renseignements recueillis ont identifié un individu en particulier, Javed Meetoo, leader du réseau.
 
Les autorités mauriciennes, on l'a appris, ont suivi de près les efforts de Metoo pour construire son mouvement. Un grand nombre des détails dans l'article de David Ucko ont été fournis par un haut fonctionnaire du gouvernement travaillant sur les efforts antiterroristes nationaux. 
 
En octobre 2015, Meetoo a créé sa propre communauté sous l'appellation Abu Faaris, qui a rapidement établi des liens avec deux groupes sociaux islamistes, Zam Zam et Al Huda Wan Noor, qui sympathisent tous deux avec l'idéologie de l'État islamique. Depuis, les discours publics de Meetoo faisant la promotion de la charia sont devenus plus importants. Des signes ont montré que ces efforts de radicalisation ont porté leurs fruits, en particulier chez les jeunes Mauriciens, parmi lesquels les convertis à l'Islam et ceux qui sont influencés par des incitations financières ou autres.

https://www.zinfos974.com/Javed-Meetoo-Oui-je-suis-pour-un-etat-islamique-meme-a-Maurice_a128357.html

Il n'y a donc aucune poursuites suite à la manifestation anti-LGBT de l’année dernière. C’est la conclusion du bureau du Directeur des poursuites publiques.

Javed Meetoo aurait reçu un....avertissement. A sa sortie des Casernes, il a affirmé que c’était une marche spontanée contre «sa ban malpropté la» et que peu importe l’avis de la police, il fera ce qu’il faut pour «la moralité.»  

Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Dossier-EXCLUSIF-Les-radicaux-islamiques-a-Maurice_a54.html
 


Rédigé par E. Moris le Jeudi 20 Décembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.