Menu

Société

Une question mal formulée et la réponse lunaire de Pravind Jugnauth :« There were no passengers »


Rédigé par E. Moris le Mardi 7 Décembre 2021



Le Premier ministre fait ce qu'il sait le mieux faire, « noyer le poisson». A une question mal formulée du député travailliste Eshan Juman ce mardi 7 décembre à l'assemblée national, il a répondu avec tout le sérieux possible : « There were no passengers », évoquant le vol MK852, arrivé à Maurice le samedi 27 novembre en provenance de Johannesburg, en Afrique du Sud.

Effectivement ce vol MK852 ne comportait aucun passager. Pravind Juganuth le sait, tout le monde le sait. D'un air bravache le chef du gouvernement a indiqué que celui-ci a atterri à l’aéroport de Plaisance à 19h19 le samedi 27 novembre 2021, « sans passagers ». Une information confirmée par le directeur de l'aviation.

Billet d'humeur : Chère Nikhita Obeegadoo 

Que s'est-il passé ? Le député Juman s'est mêlé les pinceaux et se référait au vol MK5852 et non le vol MK852. Un lapsus qui a permis à Pravind Jugnauth de jouer au plus fin et ainsi esquiver la question sur ce vol qui a créé un certain émoi auprès des passagers mais aussi dans l'opinion publique, avec cette question lancinante « where is the minister’s daughter », en référence à une passagère qui aurait été exfiltrée en catimini pour éviter la quarantaine obligatoire.

Jouant à la victime collatérale, Pravind Jugnauth en a profité pour acculer ceux qui auraient colporté des « rumeurs » ayant circulé sur la fille du DPM, Steven Obeegadoo, sur le ministre Jagutpal (qui n'aurait pas de fille) et de sa propre fille. Ce qu'il ne dit pas, c'est que tout ce cirque aurait pu être évité si les autorités avaient communiqué en toute transparence sur le sujet. Au lieu de ça, il a fallu attendre 24 heures avant que Steven Obeegadoo ne démente officiellement souhaitant laver son honneur  ,mais en aucun cas une enquête officielle n'a été évoquée sur cette affaire. De ce fait, entretenir des "secrets" sont toujours sujets à la suspicion...

Mardi 7 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.