Menu

Société

[Billet d'humeur] Chère Nikhita Obeegadoo...


Rédigé par E. Moris le Mercredi 1 Décembre 2021



Nikhita Obeegadoo. Photo FB public
Nikhita Obeegadoo. Photo FB public
Nikhita Obeegadoo, fille du ministre Obeegadoo et petite-fille de la «reine» Primerose Obeegadoo, qui reste accrochée à la tête de l'organisation de Miss Mauritius depuis la nuit des temps, s'est épanchée dans la presse, à travers une tribune.

Cette jeune fille qui revendique des études dans la prestigieuse université américaine de Havard, fait part de sa colère face aux rumeurs dont elle aurait été l'objet durant le week-end. Samedi dernier, un vol en provenance de l'Afrique du Sud a crée un chaos généralisé à Plaisance, les passagers ont été sommés de faire une quarantaine de 7 jours obligatoire à leur arrivée.

Une annonce qui a pris tout le monde de court. Le ministère de la Santé a cru bon d'émettre un communiqué avec ce nouveau protocole sanitaire que tard dans la soirée. Colère et exaspération ont animé les voyageurs, qui ont été pris en otage par les autorités mauriciennes. Rappelons que nul autre, que le ministre du Tourisme, Steven Obeegadoo, avait assuré à qui veut l'entendre, et auprès des opérateurs du tourisme et de la presse étrangère que l'île Maurice offrait aux voyageurs un séjour sûr et sécurisé... 

«Where is the minister's daughter?»

S'estimant à juste titre les dindons de la farce, les voyageurs ont réclamé à cors et à cris, la présence d'une supposée VIP exfiltrée en catimini par les services de l'immigration. C'est dans ce climat délétère que la polémique a enflé sur les réseaux sociaux, argumentant qu'il y a une politique de «deux poids, deux mesures». Cette tendance incombe malheureusement à la pratique des privilèges accordés aux "ti copains/es" dans n'importe quel régime au pouvoir, dont vous êtes, c'est un fait, un dommage collatéral.

Sachant qu'il y avait le feu à la maison, durant plusieurs heures, face à cette rumeur persistante, les autorités n'ont émis aucun communiqué pour démentir et encore moins assurer que tous les passagers à bord du MK5852 le 27/11/21 ont quitté l'aéroport pour une quarantaine. Le Premier ministre, on le sait, à chaque secousse reste planquer à Angus road, le vice-premier ministre, lui d'habitude si volubile a attendu plus de 24 heures pour répondre aux critiques. Notons qu'en tant que DPM, il a juste tenter de "sauver" son honneur, mais ne s'est pas assuré qu'il n'y avait aucune violation du protocole sanitaire à travers une enquête officielle et de la rendre publique !

Que vous Nikhita Obeegadoo, l'une des filles du vice-premier ministre, vous subissez au saut du lit, des attaques sur les réseaux sociaux, ce n'est pas normal. Mais si vous estimez que vos droits sont bafoués, comme tout autre citoyen de la République de Maurice, et comme le Premier ministre de ce pays a l'habitude de le clamer, il y a des instances judicaires pour rétablir cela.

Au lieu de çà, faire le sermon avec cette arrogance propre à la jeunesse, au nom des femmes mauriciennes, il y a un pas. Nous ne vous avons pas beaucoup entendu lorsque les filles Rawat ont été traînées dans la boue, encore moins lorsque la veuve Kistnen a été la cible des détracteurs du nouveau parti politique de votre père, le MSM. Ces femmes, des cibles privilégiées dont les hommes au pouvoir  ont cherché à discréditer la vie privée. 

Pas beaucoup entendu non plus, lorsque des familles, surnommées "squatteurs", se sont retrouvées à la rue, en plein hiver et en pleine pandémie sous une ordonnance avec effet immédiat de votre paternel. 

Vouloir faire la morale pour que les choses changent dans notre société est très noble, mais il nous semble juste de rappeler, malgré vos indignations justifiées, Nikhita, que votre père est un personnage politique redevable auprès des citoyens. C'est le peuple qui paye pour sa sécurité, ses vacances, ses per diem et autres petits privilèges et passe-droit, dont des sièges surclassés. Si dans votre courte vie, vous n'avez pas bénéficié indirectement de ce type de privilèges, nous rétablirons la vérité, mais d'ici là, un peu de décence, et ne tentez pas de couvrir l'incompétence de votre père sous votre talent d'écrivaine.

Mercredi 1 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.