Politique

Célébrations de Divali : La MSDTF recadre Pravind Jugnauth

Samedi 3 Novembre 2018

Lors des célébrations de Divali organisées par la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation, à Isidore Rose, Flacq. Le Président de cette fédération Rajendra Ramdhean a donné la réplique au Premier ministre absent. Ce dernier pour la deuxième année consécutive, a refusé l'invitation de la MSDTF.


Depuis sa victoire face à Somduth Dulthumun, le nouveau président de la MSDTF, Rajendra Ramdhean connaît une relation compliquée avec le chef du gouvernement.

Ce qui a donné lieu à un échange à distance où Rajendra Ramdhean rappelle que la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation regroupe 300 mandhir à travers l'île et que le Premier ministre « bizin respekte nu... mem si li pa kontan mwa ». 

Il y est allé également de quelques griefs concernant ses nombreuses sollicitations qui lui ont été refusées. Parlant du combat contre la drogue son analyse est sans appel :
 «Pe barer même, ladrog pe rentrer même»
Il a également pointé du doigt que la commission d’enquête sur la drogue a convoqué des politiciens, mais personne n’était issu de l’ancien régime. Ce qui a soulevé quelques murmures d'approbation dans l'assemblée.

De son côté, Navin Ramgoolam invité d'honneur face à un parterre d'invité n'a pas hésité de parler de boycott concernant la MSDTF à la suite d'une demande de permission pour que se tienne dans un autre lieu cette manifestation.

Selon Navin Ramgoolam, cette situation n’est pas moins qu’un boycottage : «Personne pa proprieter circonscription».

Lire également: 

https://www.zinfos-moris.com/Debut-des-petites-et-grandes-manoeuvres-en-marge-de-la-campagne-electorale_a2226.html

https://www.zinfos-moris.com/Divali-Pravind-Jugnauth-decline-l-invitation-de-la-MSDTF-mais-accepte-celle-du-Vaish-Common-Front_a2187.html  

https://www.zinfos-moris.com/Pravind-Jugnauth-et-l-art-de-jouer-a-la-politique_a2223.html  


 

Rédigé par E. Moris le Samedi 3 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.