Menu


Société

Beejhaye Ramdenee quitte la MBC


Rédigé par E. Moris le Mercredi 26 Février 2020



L’un qui part, l’autre qui revient… Ou plutôt qui est revenu ! Après Mekraj Buldowa et Anooj Ramsurrun, Beejhaye Ramdenee est le troisième occupant du fauteuil de no 1 de la MBC (de manière intérimaire ou de plein droit) à soumettre sa démission sous le gouvernement des Jugnauth.

Il ne sera plus le directeur général de la station de radiotélévision nationale à partir de demain. Il a soumis sa démission hier. Elle sera effective jeudi.

De retour à la MBC, Jacques Maunick, alias "la grain letchis" casse les employés à tour de bras.

Beejhaye Ramdenee était le président du conseil d’administration de la MBC avant de devenir le directeur général. Cela, suite au départ d’Anooj Ramsurrun, qui était directeur général par intérim et qui avait lui-même été nommé après le départ de Meckraj Buldowa. Entretemps, Anooj Ramsurrun est retourné à la MBC comme consultant. Il va vraisemblablement remplacer Beejhaye Ramdenee.

Rien ne va plus pour le directeur de la MBC Beejhaye Ramdenee.

Rappelons aussi que Beejhaye Ramdenee s’est retrouvé au centre de nombreuses polémiques. Il avait notamment donné carte blanche aux responsables qui avaient abusé de leurs pouvoirs. Puis, il y a eu le cas Jacques Maunick, qui avait dénigré bon nombre de journalistes et d’animateurs dans des supposées séances de formation.

MBC : Pire qu'un morpion Anooj Ramsurrun s'accroche et devient directeur-adjoint.

Ensuite, certaines proximités de Beejhaye Ramdenee avec des employés, surtout une animatrice en particulier, avait fait le tour de la place. Et tout dernièrement, il y a eu la lettre signé par une dizaine de journalistes et envoyée au bureau du Premier ministre pour protester contre leurs conditions de travail.

Ce fut la goutte d’eau qui a actionné la guillotine sur la tête de Beejhaye Ramdenee. Espérons que Meckraj Buldowa lui gardera une place à Wazaa FM, lui qui avait contribué à le faire partir !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.