Menu


Société

[Média] De retour à la MBC, Jacques Maunick, alias la ‘grain letchi’ casse les employés à tour de bras


Rédigé par E. Moris le Jeudi 6 Février 2020

Il n’a pas fallu longtemps pour que Jacques Maunick, alias ‘la grain letchi’, fasse encore parler de lui. En mal comme toujours !



Il a fallu de deux réunions et quelques phrases assassines pour qu’il se mette tous les employés à dos. Des employés qu’il était censé former et non casser à tout va, faisant passer le directeur général, Beejaye Ramdenee, pour un eunuque…

Le pauvre Ramdenee prétendait dans l’Express qu’il avait le contrôle de la situation et que le tracé de la formation était là. Sauf que formation, il n’y en a point eu. Il y a eu critiques non-constructives, règlements de comptes (du moins ce qui s’apparente comme tel) envers les journalistes et animateurs.

Le sieur Maunick montrant qu’il est « Missié konne tout » et que tous les autres sont des « fesses ».

Et ce qui devait arriver arriva ! Une plainte officielle auprès de la direction et des complaintes à n’en plus finir. Ainsi, depuis le début de cette semaine, des journalistes et animateurs/présentateurs de la MBC suivent des séances de formation menées par Jacques Maunick.

Jacques Maunick accusé d'une plainte pour harcèlement sexuel.

Ce dernier n’est pas un inconnu de la boîte. Il avait beaucoup fait parler de lui  dans le passé quand il était à la tête de la radio nationale en 2004, notamment en raison d’une plainte d’une journaliste à son encontre pour harcèlement sexuel. Il avait même été arrêté à l’époque, mais il a par la suite été déclaré non-coupable suite au procès en 2010. 

À peine a-t-il débarqué à la MBC en début de semaine en tant que formateur, qu’il est déjà au centre d’une nouvelle polémique.

D’abord il y a eu cette lettre adressée aux employés concernés les ‘invitant’ à suivre cette formation qui est pourtant ‘MANDATORY’. Qui plus est, cette lettre leur a été envoyée à deux reprises par courriel… puis ladite lettre leur a été remise une troisième fois, en main propre cette fois-ci. Ils ont dû signer un registre accuser réception de la lettre. Si bien que les commentaires allaient bon train dans les couloirs de la MBC à l’effet que cette ‘invitation’ pour suivre cette formation frôlait le harcèlement. 

C’est en début de semaine que les journalistes et animateurs/présentateurs ont commencé à suivre cette séance de formation avec Jacques Maunick. Le directeur général de la MBC a tenu à être présent personnellement pour la séance d’introduction. Autre fait marquant : même une des responsables du département des ressources humaines était présente. Ce qui n’est pas le cas normalement lors des séances de formation.

La première séance pour les animateurs/présentateurs, aura laissé un goût amer.

Car le formateur s’est montré très critique à leur égard, n’épargnant personne, y compris le responsable de la radio nationale. Ce dernier avait également été ‘invité’ à suivre cette formation ‘Mandatory’ et il en a pris pour son grade.

Jacques Maunick a traité celui qui fait la programmation de la radio de ‘con’.

Or, c’est le responsable de la radio nationale lui-même qui est en charge de la programmation. Le formateur a aussi visé un animateur en particulier en remettant en question ses compétences en usant des termes dénigrants à son égard à plusieurs reprises.

Ce dernier a d’ailleurs porté plainte auprès du directeur général et auprès du département des ressources humaines contre le formateur pour ses propos jugés humiliants.

Plusieurs animateurs/présentateurs ont aussi dû subir les écarts de langage de Jacques Maunick qui s’en est également pris à un animateur qui lui faisait part de leurs contraintes dans le cadre de leur travail. 

De surcroît, le formateur n’a pas hésité à utiliser un langage ordurier durant la séance de formation : c…..a…..c….a pancor pe rod papier toilette...Reste dans zot c…..a…..c…..a même….J’espère que tu n’auras pas besoin de te masturber pour me trouver un titre pour  ton émission...

Si bien qu’une jeune animatrice a eu du mal à cacher son étonnement face aux écarts de langage du formateur. Ce dernier lui a alors demandé si elle était mariée ou pas… Et pour couronner le tout, le formateur s’est éternisé lors de cette séance qui a finalement pris fin une heure et trente minutes plus tard le soir, au grand dam des participants dont certains avaient leurs enfants qui les attendaient pour rentrer chez eux. Ce qui a été perçu comme étant un manque de considération à leur égard, voire de la dictature. 

Les réactions n’ont pas tardé à pleuvoir suite à cette séance choc, avec de nombreux animateurs/présentateurs qui n’ont pas caché leur colère et déception par rapport à l’attitude du formateur.

« Ce monsieur est payé de l’argent des contribuables pour venir nous insulter et nous humilier au lieu de nous former. Est-ce normal ? Pourquoi le tolère-t-on à ce point alors que, de par son attitude, il a fait fi des nouvelles lois protégeant les employés contre le langage abusif sur leur lieu de travail ? Ce qui est encore plus choquant est le fait que le département des ressources humaines le laisse faire. De plus, il est censé nous former mais finalement c’était le changement de grille de la programmation de la radio qui était au programme. Est-il mandaté, en tant que formateur, pour le faire ? », commente-t-on dans les couloirs de la MBC. 

Certains envisageraient même de porter plainte contre le formateur auprès du ministère du Travail s’il ne revoit pas son comportement durant la prochaine séance de formation.  Enfin, en ce qu’il s’agit du changement de programmation, ceux concernés émettent des doutes sur ce que propose Jacques Maunick, trouvant certaines de ses idées radiophoniques dépassées.

La formation coïncide avec les millions qui seront investis dans des équipements.

On s'interroge sur le rapport entre le lien de parenté de Jacques Maunick avec Kobita Jugnauth et le traitement princier que lui accorde la direction même si le principal concerné a tenu à préciser au cours de la formation qu'il ne fréquentait pas les Jugnauth...



1.Posté par Jean Claude le 07/02/2020 18:04
N'oubliez pas l'épisode Eckankar à Saint Paul bien avant "lagrain leksi". L'oncle de Kobita attire les controverses si naturellement.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.