Menu

Société

Ramadan 2022 : Un Iftar organisé à Petit Verger fait grincer les dents


Rédigé par E. Moris le Jeudi 14 Avril 2022



Le mois de ramadan, un mois de jeûne, de prières et de partage pour les musulmans, commémore la révélation divine reçue par le prophète Mahomet, reflète également une discipline et une spiritualité très personnelle chez chacun.

Après l'épisode d'une photo de la berline du PPS Ismaël Rawoo, dans la cour de la mosquée de Camp Diable et publiée fièrement sur les réseaux sociaux, la présence du Premier ministre, Pravind Jugnauth participant au 'Iftaar', repas lors de la rupture du jeûne, à Petit Verger, dans sa circonscription mercredi soir, fait grincer les dents. Si il a été accueilli avec quelques salamalecs d'usage par les habitants, la communauté musulmane et les mauriciens condamnent sans réserve la récupération politique dans le cadre d'une cérémonie religieuse. Si il est vrai, qu'exceptionnellement il n'a pas pris la parole pour se croire dans un meeting, personne n'est dupe. 

Pravind Jugnauth ou comment utiliser une cérémonie religieuse à des fins politiques

Par ailleurs, rappelons que Nazim Gurib, président du conseil de village de Plaine-Magnien, a passé une nuit en détention policière, pour outrage contre une autorité, tout comme ses trois autres camarades. Il a par la suite recouvré la liberté conditionnelle contre une caution, hier. 

Conduit au poste de police de Rivière- des-Anguilles dans des conditions sanitaires déplorables, Nazim Gurib a raconté sa détention, alors qu’il observait le jeûne du ramadan. Alors qu’il réclamait un peu de nourriture, expliquant qu’il devait observer le jeûne, il s’est heurté à un refus. Il s’est contenté de biscuits et d'une bouteille d’eau qu’il avait avec lui. Un de ses amis, venu lui apporter son repas du matin (sehri), n’a pas été autorisé à le faire. Bon ramadan sous le règne des Gopias !

 


Jeudi 14 Avril 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.