Menu

Société

Obeegadoo utilise le chantage émotionnel pour la réouverture des frontières


Rédigé par E. Moris le Jeudi 16 Septembre 2021



Chiffres, graphiques, courbes...lors du point de communication, le Premier ministre adjoint, Steve Obeegadoo, a enfilé sa veste de professeur de mathématiques pour faire la démonstration que la situation sanitaire n'est pas si alarmante dans le pays.

Un déluge de chiffres pour minimiser les cas positifs et les décès se basant ironiquement sur les chiffres "faussés et manipulés" de la Santé à l'OMS.

A une quinzaine de jours de la réouverture des frontières et à la suite de deux confinements, l'île Maurice connait pourtant une résurgence violente et brutale de nouveaux cas du Covid-19 malgré des conditions sanitaires estimées très strictes. Si la vaccination massive a, selon les autorités, limité le nombre de cas graves, les autorités envisagent par ailleurs de rendre la troisième dose obligatoire.

Jouant la carte émotionnelle, Obeegadoo, a rappelé que 100 000 personnes sont directement liées au secteur touristique. Selon lui, sans une réouverture, des risques de perte d’emplois seraient réels. «Nou bizin rési kouma enn sel lépep. Réouvertir, sé lespwar...»

Rappelons que le 1er octobre 2021, l'île Maurice doit rouvrir ses frontières, alléger les mesures de contrôles des voyageurs et permettre aux touristes titulaires d'un passe sanitaire de circuler librement dès leur sortie de l'aéroport afin de relancer l'économie.

A écouter le ministre, "tout est sous contrôle". Concernant la hausse du taux de contaminations "les cas sont de plus en plus asymptomatiques".  Et de conclure que la destination mauricienne est une destination qui « ki boukou dimounn anvi an mwin enn fwa dan zot lavi vinn dans Moris ».

Fleur de Lotus : Covid, je gère !

Jeudi 16 Septembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.