Menu



Politique

Maurice toujours sur le liste noire de l'UE, Mahen Seeruttun préfère parler « de gens qui déstabilisent le pays »


Rédigé par E. Moris le Jeudi 11 Février 2021



Après la crise sanitaire due à la Covid-19, le scandale d'envergure international avec l'affaire supposée de corruption concernant la centrale thermique de Saint-Louis, voici que se profile à horizon une crise financière majeure.

Inscrite officiellement sur la liste noire des centres financiers de l’Union européenne, qui favorisent le blanchiment d'argent ou l'évasion fiscale, l'île Maurice malgré l'aide du cabinet de lobbying Avisa Partners pour 100 000 euros, soit Rs 4 millions par mois afin de blanchir Maurice de sa réputation, la collaboration de Pascale Lagesse n'auront pas suffit.

Au lancement officiel de Mauritius Finance, fruit d'une fusion entre l'ATMC et Global Finance, le ministre des Services financiers, Mahen Seeruttun, au lieu de réagir sur cet échec du gouvernement à faire sortir le pays de la blacklist auprès de l'Union Européenne, il a réagit sur la démission du ministre du Commerce et minimisant la situation déclare :

« Je ne comprends pas cette envie de tout déstabiliser dans le pays et d’amener une situation où tout le monde sera perdant ». 

Mahen Seeruttun dit ne pas comprendre une partie de la presse, qui, selon lui, est en train de « dénigrer » des gens et demande d'accepter les résultats des élections et de laisser faire le travail « Dans cinq ans, on ira aux élections ».

Chez les professionnels mauriciens de l'offshore, ils accusent l'exécutif du premier ministre Pravind Jugnauth de ne pas avoir été suffisamment "proactif" et d'avoir attendu les sanctions pour pallier des lacunes déjà connues. Ils lui reprochent également de réagir trop plaintivement à la liste, sans aller de l'avant. 

Maurice reste donc sur la liste noire de l’Union européenne ainsi que la liste grise de la Financial Action Task Force. La mission du gouvernement de sortir le pays de cette liste a échoué. Les investisseurs en fuite, publics ou privés, se rabattraient désormais vers d'autres centres financiers, et notamment les îles britanniques de Jersey et Guernesey, que l'UE n'a pas incluses dans sa nouvelle liste.

Rappelons qu’il y avait un comité mis sur pied, comprenant des pointures telles que le secrétaire financier Dev Manraj, le gouverneur de la Banque de Maurice Harvesh Seegoolam, le directeur général de l’Icac Navin Beekarry et des représentants de divers ministères. Leur mission était de convaincre les dirigeants du Financial Action Task Force que Maurice avait pris les dispositions nécessaires pour respecter les obligations de l’organisme en matière de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme. 

Le Financial Asction Task Force a notamment trouvé des lacunes au niveau de la Financial Services Commission, régulateur du secteur des services financiers. Dans les couloirs du pouvoir, l’on affirme que ce sera chose faite en octobre, lors du prochain round, mais le fait demeure que Maurice reste sur listes grise et noire.

 

Jeudi 11 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.