Menu

Société

Les multiples provocations de Pravind Jugnauth envers les médias étrangers


Rédigé par E. Moris le Lundi 30 Août 2021



Le Premier ministre (PM), Pravind Jugnauth, a l'arrogance des hommes nés avec une cuillère d'argent dans la bouche. Les multiples tentatives de discréditer la presse sont légions de la part du chef du gouvernement. Quand il ne s'autorise pas à censurer, voir boycotter certains médias locaux, le nouveau petit dictateur  s'en prend également aux médias étrangers, qui sont loin d'être aussi serviles que ses organes de presse. 

Pravind Jugnauth en a aussi profité pour s'en prendre à ceux qu’il a qualifiés « d’antipatriotes », c’est-à-dire ceux qui ont critiqué la politique gouvernementale en ce qui concerne les vaccins. Sur le reportage d’Al Jazeera concernant la construction d'une base militaire à Agalega, il a critiqué la chaîne qatarie de « dire des bêtises ». Mais ce qu’il reproche surtout au reportage, c’est de ne pas contenir les réponses du gouvernement mauricien. « Ils nous ont envoyé des questions. Nous avons répondu. Au moins, ils devaient inclure notre version », a-t-il déclaré. 

 «Al Jazeera lerla ? Li pann pas nou repons. Linn poz nou kestion mé apré nou repons pann pibliyé. Pou mwa apel sa movez fwa.»

Pravind Jugnauh devrait bannir la BBC. Crime de lèse-majesté ! Presque un régicide ! La journaliste de la BBC en a fait voir de toutes les couleurs au Premier ministre au mois d'août 2020. Lors de l’interview, Pravind Jugnauth se fait bousculer. La journaliste, en l’occurrence Samantha Simmonds, lui a dit que beaucoup lui font le reproche d’avoir trop tardé à réagir concernant la catastrophe écologique liée au naufrage du Wakashio et la mauvaise gestion du gouvernement.

Pravind Jugnauth s’était alors embarqué dans une longue explication anthologique, disant qu’il n’a fait que suivre les avis des experts et que comme dans le cas du Covid-19, le gouvernement a fait acheter tous les équipements nécessaires, grâce à quoi le pays a pu devenir Covid-Free. « C’est la même chose ici », a-t-il dit avant que la connexion ne soit interrompue. Peut-être que Pravind Jugnauth a confondu BBC et MBC et qu’il s’attendait à un entretien genre mer tranquille.

« La BBC ? Elle représente quoi ? », « Elle s’appelle BBC ? So what? »…

Le lendemain, c'est un Pravind Jugnauth remonté comme un coucou qui infligeait une leçon de journalisme en conférence de presse tout en refusant l'accès à deux médias, Top fm et l'express. « Premièrement, je dis à la BBC que lorsqu’elle présente une version, elle doit donner l’occasion aux autres versions de ce faire entendre ».

Dans cette même conférence de presse, interrogé sur cet entretien et une demande d'excuses dont les Mauriciens ont droit, le Premier ministre a répondu, à qui veut l’entendre : «BBC inn poz enn kestion. Be pou mwa BBC reprezant kwa ? Linn fer enn lanket ? Mem si li appel BBC, So what ? Ve dir kwa ? Linn vinn enn court of investigation, linn fer tousa travay-la ?».

Au Bureau du Premier ministre, les opération de communications ratées sont légions. Autre fait mémorable, lorsque le Premier ministre s'est laissé aller à un « cours de géographie » sur la chaîne nationale pour signifier que les îles convoitées sont inscrites comme appartenant à l’île Maurice sur la carte officielle de l’ONU, en présentant une carte, comportant de nombreuses erreurs. 

Pravind Jugnauth a répété : «Exkiz ? Bé dir mwa kot monn foté ? »
 

Lundi 30 Août 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.