Menu

Politique

Le rapport Kistnen, ancien agent du MSM, embarrasse la majorité gouvernementale


Rédigé par E. Moris le Samedi 15 Octobre 2022

Chaque samedi, c'est la même histoire. Trois zouaves du gouvernement se présentent face à la presse la bouche en fleur pour faire avaler quelques salades, jusqu'à l'indigestion.



 Après les révélations du rapport de l'enquête judiciaire sur la mort de leur ancien agent du MSM, Soopramanien Kistnen, la première salve de critique est venue de l'opposition ce samedi matin. Le leader de l'opposition, Xavier-Luc Duval, a déclaré que suite au dévoilement du rapport de la magistrate Vidya Mungroo-Jugurnath, il y a une phrase que personne ne pourra plus utiliser. 

« On ne pourra dire qu'on fait confiance à l'enquête de la police. Je précise que ce n'est pas un politicien qui a écrit ce rapport mais une magistrate qui a dit à quel point elle a été choquée par la façon dont la police a mené l'enquête. Il n'ont pas cherché à faire éclater la vérité mais à la cacher. Certains indices ont été délibérément ignorés. Puis, il y a toute l'histoire autour de l'autopsie et du médecin légiste », a-t-il déclaré, tout en soulignant que le rapport met en lumière « la corruption généralisée au sein du ministère de Sawmynaden ».


Bodha : "La présence de Sawmynaden au Parlement est une souillure "

Ce à quoi, le Part time Attorney general, Maneesh Gobin, a réagi en affirmant « qu’il s’agit là du rapport d’une enquête judiciaire et non d’un jugement ». Oubliant au passage le show de Pravind Jugnauth qui avait rameuté la presse en commentant de façon jubilatoire le rapport de la commission d'enquête concernant l'ancienne présidente de la République, Ameenah Gurig-Fakim en déclarant : "C'est un rapport accablant".

Gobin, qui ne sait toujours pas comment fonctionne la presse, se demande naïvement, comment ce document a pu sortir en public, osant même un commentaire « Est-ce que cela ne porte pas préjudice à l'enquête ? »« Se honteux enn rapport Judicial Inquiry inn retrouv li dan le public »


Samedi 15 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.