Menu



Opinion

La vaccination Covid conduit à la discrimination à l'île Maurice


Rédigé par E. Moris le Jeudi 7 Octobre 2021



Les vaccins de la colère. Voilà un premier obstacle pour les consciences. La société mauricienne est divisée, dans les milieux professionnels, on parle d'«étiquetage».

Il y avait le débat des vaccinés d’un non-vacciné, désormais le statut vaccinal fait l'objet de discrimination. «T’es vacciné à quoi ?» En quelques mois, en quelques mots, les digues ont lâché. Oublié le serment d’Hippocrate, remisée la vie privée, personne ne s’offusque de cette question posée à tout bout de champ, parfois par de quasi-inconnus et à laquelle beaucoup répondent volontiers.

Opinion : La course absurde de la vaccination à tout prix à l'île Maurice

Sans parler de la foule anonyme, invitée à se déclarer «cas contacts» ou «positifs», chacun y allant de sa confession sanitaire. Avec la déferlante Covid-19, les verrous sautent. Après la vie privée et le secret médical, c’est une autre liberté, chère aux démocraties, qui se trouve sur la sellette : celle d’aller et venir, sans contrôle ni compte à rendre à quiconque.

"Azordi mo madam Kobita fine faire so premier dose Covaxin" 

Mais encore faut-il être parmi les bons vaccinés ! Au cas contraire ce sont des restrictions de la libre circulation au sein de l'Union Européenne et dans d'autres pays à travers le monde. Après avoir importé la polémique Covaxin après l'AstraZeneca (vaccin suspendu en Afrique du Sud car inefficace face au variant sud africain) sur les côtes mauriciennes, et des vaccins russes ou chinois, il faut rappeler que certains vaccins sont non-validés par l'Union européenne, car seuls, les vaccins Pfizer, Moderna, Janssen et AstraZenecca sont reconnus. Les produits russes, indiens et chinois, offerts par l'OMS, via le programme Covax sont exclus. 

Qui plus est, les vaccins Covaxin, Sputnik-V, Covishield et Sinopharm freinent tous ceux qui souhaitent se rendre à l’étranger. Alors que les autorités procèdent à l’administration de la dose de rappel, il a été décidé que seuls ceux ayant été vaccinés au Covaxin recevront le vaccin Janssen. Ce que déplorent les vaccinés au Sinopharm, qui se voient proposer une troisième dose du même vaccin chinois. 

L'effet domino. Pour accomplir le pèlerinage à la Macque, en Arabie Saoudite, l'entrée sera interdite aux passagers qui sont doublement vaccinés au Sinopharm à moins qu'ils n'aient reçu une injection de rappel de Pfizer, Johnson & Johnson, Moderna ou Astra Zeneca-Oxford.

Face à la polémique qui ne cesse d'enfler, le gouvernement se voit obliger d'entamer un exercice qu'il maîtrise bien : le rétropédalage. En effet, le ministère de la Santé prévoit de leur proposer le vaccin Pfizer en dose de rappel, selon le Dr Philip Lam, membre du Vaccination Committee, ce jeudi 7 octobre. Après la mort la tisane...

Jeudi 7 Octobre 2021