Menu


Politique

Bobby Hurreeram porte plainte pour une photo qu'il juge diffamatoire, le montrant en présence de son épouse


Rédigé par E. Moris le Mardi 17 Septembre 2019



@ Titalbér - Pinokyo
@ Titalbér - Pinokyo
Décidément ! Après la plainte concernant la circulation d’une «fausse capture écran d’un message WhatsApp»  sur Facebook où le Chief Whip du gouvernement accuse des internautes d’être les auteurs de «ce message pour nuire au gouvernement.»

Bobby Hureeram s'est de nouveau pointé à la police pour porter plainte. C'est sur la page Titalbér - Pinokyo que la photo a été publiée avec un message non équivoque concernant la récente promotion de Teena Hureeram, deuxième épouse de Bobby Hureeram et fille de Prakash Baboojee, à Air Mauritius. 

Bobby Hureeram affirme et soutient que la promotion de sa femme dans la compagnie nationale d’aviation, n’a rien à voir avec ses liens politiques. Il accuse ses adversaires politiques, notamment les rouges, de faire du «cheap politics» et contraire à l'éthique politique.

Pour rappel, début janvier, Laina Rawat Burns avait porté plainte contre contre le chief whip du gouvernement à la Cybercrime Unit du CCID. En cause, le photomontage où elle se retrouve avec la main posée sur la jambe de l'ancien Premier ministre. Le photomontage était largement partagé par les partisans du parti soleil, également sur la page officielle du MSM.

Bobby Hurreeram avait estimé que c'était «une très belle créativité» réalisée par des «patriotes» sur Facebook.

Elle estime que c’est diffamatoire et reproche au chief whip du gouvernement Bobby Hurreeram, d’avoir apposé un « like » à cette illustration. Soulignons qu'à ce jour aucune sanction n'a été prise à l'encontre de Bobby Hurreeram. 

A lire également : Déposition de Laina D. Rawat-Burns contre Bobby Hurreeram.


 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.