Menu



Société

Déposition de Laina D. Rawat-Burns contre Bobby Hurreeram


Rédigé par E. Moris le Vendredi 18 Janvier 2019

Quand ce ne sont pas des sites d'informations à la solde du pouvoir qui font la propagande du gouvernement avec des photos montage racoleurs, c'est l'apparition des pages créées sur les réseaux sociaux qui diffusent des postes à caractères diffamatoires impunément.



Photos publiées sur la page officielle de Laina Rawat.
Photos publiées sur la page officielle de Laina Rawat.
Preuve en est que les élections approchent et qu'il va falloir s'attendre à une campagne électorale "sale" et répugnante dont chacun a le secret pour divertir le petit peuple au lieu de se focaliser sur les priorités du pays.  

C'est ainsi qu'une photo circule, mettant en scène des femmes publiques ayant toute une vie de famille avec l'ancien chef du gouvernement Navin Ramgoolam.   

Vulgaire, grossier et insultant  

Laina Rawat a porté plainte contre le chief whip du gouvernement ce vendredi à la Cybercrime Unit du CCID. En cause, le photomontage où elle se retrouve avec la main posée sur la jambe de l'ancien Premier ministre.  

Elle estime que c’est diffamatoire et reproche au chief whip du gouvernement Bobby Hurreeram, d’avoir apposé un « like » à cette illustration.  

Quel paradoxe pour un homme qui n'a cessé de protéger dans ses conférences de presse, la loi Gobin-Jugnauth !   

Laina Rawat a aussi porté plainte contre la page où cette illustration a été publiée. Ce n'est pas la première fois que cette jeune femme et mère de famille fait l'objet de campagne diffamant. Le caricaturiste Pov du groupe la Sentinelle et qui participe et collabore également à un supplément pour enfants, avait dessiné la jeune femme au CCID enceinte avec des insinuations graves.  

Farihah Ruhomaully a également porter plainte contre la page où sa photo a été détournée.  

Une enquête a été initiée.

Vendredi 18 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.