Menu



Politique

Affaire Angus Road : Les paiements ont été faits en 1999-2000 et 2007, selon Pravind Jugnauth


Rédigé par E. Moris le Vendredi 27 Novembre 2020



En conférence de presse cet après-midi, Pravind Jugnauth s’est exprimé sur les deux affaires Angus Road. Concernant la première, celle où il y a eu des paiements d’un montant supérieur à la limite autorisée par la loi, le Premier ministre a déclaré que toutes les allégations faites contre lui sont sans fondement.

Il a déclaré qu’il a effectué un paiement à Bel Air Sugar Estate en 1999-2000 pour l’achat d’un terrain. Toutefois, la sucrerie n’aurait pas respecté son engagement et a vendu le terrain en question à une tierce personne. 

De ce fait, Bel Air Sugar Estate a proposé de lui vendre un autre terrain. Il a accepté. Mais le terrain en question faisait partie d’un grand lot et il a fallu faire une excision. Pravind Jugnauth a précisé qu’une demande a été faite à la mairie de Vacoas-Phoenix. Il affirme qu’après complétion de toutes les procédures, le contrat a été signé en 2007. À ce moment-là, Pravind Jugnauth dit avoir effectué un paiement de Rs 3 millions supplémentaires. 

« Il y a un acte notarié entre Alan Govinden et moi », soutient Pravind Jugnauth 

Il affirme que 18 ans après, Arvin Boolell vient brandir 5 reçus indiquant qu’en 2002, il aurait fait des paiements en cash. Ces reçus sont faux, a déclaré Pravind Jugnauth, qui insiste que tous les paiements ont été faits en 1999 et 2000, mais aussi en 2007. 

Il a révélé beaucoup de failles dans les copies des reçus déposés par Arvin Boolell, c’est-à-dire : ce ne sont pas originaux ; il n’y a pas le tampon de Bel Air Sugar Estate et l’histoire des numéros des reçus. « Les numéros vont de 812 à 816. Comme si j’ai été le seul client de Bel Air Sugar Estate durant tous ces mois », a ironisé Pravind Jugnauth. Et de souligner que le 19 février 2002, date du premier reçu, il n’était pas à Maurice. 

Il est aussi revenu sur le fait qu’à l’époque où les enquêtes ont été ouvertes, Navin Ramgoolam était Premier ministre, Anil Kumar Ujoodha était directeur général de l’Icac et Indira Manrakhan un des assesseurs. « Croyez-vous qu’ils allaient me faire des cadeaux ? » s’est-il demandé.

Vendredi 27 Novembre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.