Menu


Politique

TurbineGate : Arvin Boolell réclame une commission d'enquête et la démission de Collendavelloo


Rédigé par E. Moris le Jeudi 11 Juin 2020



Le leader de l’opposition, Arvin Boolell, a demandé au Premier ministre ce jeudi 11 juin, d’instituer une commission d’enquête sur le scandale allégué concernant les sanctions prises par la Banque africaine de développement (BAD) à l’encontre de Burmeister & Wain.

Arvind Boolell a également réclamé la démission du DPM et ministre de l’Energie Ivan Collendavelloo, du Chairman du CEB, d’un membre de l’Independent Review Panel, de l’Acting Director du CEB et des membres du board du CEB.

Rappelons que la Banque africaine de développement estime qu’il y a eu corruption dans l’achat et l'installation de quatre turbines de 15 MW pour une somme de Rs 4,3 milliards.

Elle souligne que des membres de « l’administration mauricienne » ont été payés pour fournir des informations confidentielles à la firme Burmeister & Wain Scandinavian Contractor, qui a été favorisé et a obtenu le contrat.

Centrale de Saint-Louis : Qui au sein de l'administration mauricienne a eu la patte graissée par la firme BWSC?

Alors que la première chose à faire aurait été de réclamer le rapport complet de l’unité antifraude de la Banque africaine de développement pour savoir qui a eu la patte graissée par la firme danoise, le conseil d’administration du CEB, comme sorti de la cuisse de Jupiter, a demandé que les éléments soient sécurisés. Mais si les corrompus se trouvent au sein même de la direction du CEB ?

Le conseil d’administration a demandé que l’affaire soit référée à l’Icac. On se demandait où était l’Icac. Alors que l’organisme dirigé par Navin Beekarry aurait dû, de lui-même, se saisir de l’affaire et initier une enquête, voilà qu’il attend que le conseil d’administration lui serve l’affaire sur un plateau avec des éléments d’infos sécurité par la direction. Welcome to Mauritius !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.