Menu



Société

Rassemblement ti planteurs : Les absents ont toujours tort...


Rédigé par E. Moris le Dimanche 22 Septembre 2019



Le Mouvement ‘ti-planter canne’ s'est mobilisé ce dimanche matin à l’auditorium Octave Wiehé. Pour l’occasion, tous les leaders des partis politiques ont répondu présents sauf le Premier ministre Pravind Jugnauth qui a brillé par son absence pour une histoire d'agenda et de nom mal orthographié et Xavier-Luc Duval qui s'est fait représenter par Malini Seewocksingh.

"C’est une fumisterie"

Pour le porte-parole des petits planteurs, Pradeep Jeeha, il estime que le montant de Rs 1 200 ou Rs 1 300 qu’ils perçoivent par tonne de canne est insuffisant. Il réclame Rs 2 500 par tonne.

Le président du  Small Planters Association, Kreepalloo Sunghoon a lancé un appel aux différents leaders politiques de mettre de côté leurs différences et de faire le problème des planteurs de cannes un problème national qui doit être résolu au plus vite. Il ne doit pas avoir d'accaparement pour juste une poignée de gens "qui mangent tout".

Les absents ont toujours tort...Kailash Ramdharry, membre du mouvement a lancé à l'attention de Pravind Jugnauth :
«To pé dire pann pran permision ek twa pou met to nom lor l'invitation. Tonn pran permision ek nou pou vinn premié minist twa?» 
Le Mouvement Patriotique (MP) était, pour sa part, représenté par le député Jean-Claude Barbier. Parmi les personnalités présente, Anil Bachoo, Mookeshwar Choonee, et Satish Faugoo, du député travailliste, d'Arvin Boolell, du président des rouges, Patrick Assirvaden, et de Sheila Bunwaree, présidente du Policy Council du MMM. Le vice-président de la Voice of Hindu (VoH), Navin Unoop y est aussi présent. Tout comme le Président de la Mauritius Sanatan Dharma Temples Federation, Rajendra Ramdhean

A noter également la présence de Ashock Jugnauth, l'oncle du Premier ministre mais pas l'ombre d'un membre du gouvernement qui a donné l'impression de vouloir boycotter cette réunion.  

Dimanche 22 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.