Politique

Procès pour diffamation : Paul Bérenger réclame des documents attestant que Pravind Jugnauth est PM

Samedi 23 Février 2019

Le procès pour diffamation intentée par le Premier ministre (PM), Pravind Jugnauth, à Paul Bérenger a été appelé le jeudi 21 février devant la Cour suprême.

Le Premier ministre Pravind Jugnauth réclame Rs 50 millions à Paul Bérenger et au journal Le Mauricien pour des propos diffamatoires à son encontre lors de plusieurs rassemblements politiques.

Paul Bérenger a déposé par l’intermédiaire de son avoué, Vassant Rao Luchmaya, une liste de 15 questions à Pravind Jugnauth. Il demande, entre autres, des documents attestant que Pravind Jugnauth est le Premier ministre de Maurice, le ministre des Finances, le leader du Mouvement socialiste militant. Le groupe de presse a abondé dans le même sens. L’affaire a été ajournée au 21 mai 2019.

Pour rappel, le leader du MSM affirme que les propos du chef des mauves sont « faux, malicieux, hautement diffamatoires et qui causent un préjudice énorme ».

Le 30 août de l'année dernière, le leader du MMM lors de la réunion du comité régional du MMM au no 4 (Port-Louis Nord/ Montagne-Longue), avait soutenu que le Mouvement socialiste militant (MSM) pratiquait ce qu’il appelait le « money politics », alléguant que le MSM « c’est corruption, abus, scandale… ».

Le même jour, au collège Renaissance, à Curepipe, lors d’un congrès, il avait fait des allégations accusant des membres du MSM de «corruption», d’«abus» et de profiter de l’argent du trafic de drogue et de paris illégaux sur les courses hippiques. 

Idem le 7 septembre, lors d’un congrès à La Tour Kœnig et rebelote le 23 septembre au congrès-anniversaire MMM. Paul Bérenger a également soutenu que de l’argent de provenance douteuse sera utilisé lors des élections.

Au groupe de presse en question, le Premier ministre reproche d’avoir diffusé ces propos dans ses publications et sur son site Internet.

Pravind Jugnauth, le champion des dommages et intérêts.

Rédigé par E. Moris le Samedi 23 Février 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.