Menu



Politique

« Nous préparons Maurice pour les 100 ans à venir », affirme Hurreeram


Rédigé par E. Moris le Samedi 4 Septembre 2021



Les ministres Bobby Hurreeram et Sudhir Maudhoo ont, eux aussi, tenu une conférence de presse ce samedi. Les deux ont commencé par faire un bilan de leur ministère respectif. Évoquant les projets de développement dans le pays, Bobby Hurreeram a déclaré que le gouvernement prépare Maurice pour les 100 années à venir.

« Ce ne sera ni pour moi ni pour vous. C’est pour les enfants de demain », a-t-il déclaré. Il a ajouté que le développement se fera de façon ordonnée. 

Il a aussi évoqué le rejet de la pétition électorale d’Ezra Jhuboo. Selon lui, après la débâcle de l’Alliance Nationale aux dernières élections, certains de ses candidats devaient trouver une façon de sauver la face. « Ils ne pouvaient accepter la défaite et ont pris le chemin de la justice. Mais nous connaissons Ezra. Nous savons dans quelles conditions il a été forcé d’aller de l’avant », a-t-il déclaré. Pour lui, le jugement de Gaitree Jugessur-Manna et Denis Mootoo représente « une gifle retentissante ». La population, selon lui, va condamner les mauvais perdants. 

Pétition électorale de Jhuboo : une petite gifle à la commission électorale passée inaperçue

Quant à Sudhir Maudhoo, il a évoqué l’affaire Betamax. Il a expliqué qu’à la dernière minute, le contrat d’affrètement « a échappé à un organisme d’État pour atterrir entre les mains de Betamax ». Il a aussi fait une violente sortie contre le Dr Sudesh Lallchand, ancien conseiller de Nando Bodha lorsque ce dernier était ministre. Il a déclaré que ce dernier a fait un abus concernant l’utilisation des voitures de fonctions lorsqu’il présidait certains boards. Il a annoncé des poursuites contre le Dr Sudesh Lallchand.

Samedi 4 Septembre 2021


1.Posté par Caro le 05/09/2021 09:12
Ahah ah MDR

2.Posté par francis le 05/09/2021 09:58
heureusement que le ridicule ne tue point!

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.