Menu


Société

Missions des parlementaires à l’étranger réduites, qu'en est-il des salaires et du service traiteur à l'assemblée ?


Rédigé par E. Moris le Lundi 8 Juin 2020

Le ministre Renganaden Padayachy, a revendiqué son côté Robin des Bois concernant la présentation du Budget 2020-2021. « Il nous a fallu prendre plus avec ceux qui peuvent payer », a-t-il déclaré. Et de préciser, tel Amel Bent, que c’est là « ma philosophie ».



Charité bien ordonnée commence par soi-même. Les missions à l’étranger des parlementaires seront réduites par 60% mais ne concerne pas les ministres.

De plus, non pince sans-rire que c'est chaque cinq ans au lieu de quatre ans, qu'ils pourront changer de voitures et bénéficier de l’exemption des taxes. Les « Perdiem » et « Entertainment Allowances » seront également revues à la baisse. 

Le coût des billets d'avion pour les mission du Premier ministre à l'étranger dévoilé

Rappelons que l'ancienne Speaker de l'assemblée, une proche de Pravind Jugnauth, avait refusé de répondre concernant ses déplacements et les raisons de ces voyages ainsi que le coût. Se réfugiant derrière les standing orders, Maya Hanoomanjee a affirmé que de ce fait : « Pa gagne droit demande auken kestion lor Speaker, le Président ou le vice-président entre autres. Et le poste du Speaker est constitutionnel. »

Actuellement, pour un député, l’État dépense environ Rs 200 000 par mois, soit Rs 2,6 millions par an.

En sus de son salaire (dit allocation) de Rs 69 000, il reçoit une Facilities Allowance (Rs 24 000), une Petrol Allowance (Rs 18 000), une Entertainment Allowance (Rs 13 000) et une Duty Allowance (Rs 8 000). Sans compter que l’État lui verse Rs 13 000 pour un Clerk et Rs 7 500 pour un chauffeur. Une voiture hors-taxe et les dépenses administratives au Parlement.

La présence des PPS, fait débat. Pourquoi faire ? Cela sert à quoi pour 1,3 million d’habitants ? Entre les maires, lords maires, conseils de district pourquoi doit-on avoir des PPS ?

Un Parliamentary Private Secretary (PPS) reçoit mensuellement environ Rs 250 000, contre Rs 350 000 à un ministre, Rs 370 000 à un vice-Premier ministre, Rs 390 000 au Premier ministre adjoint et Rs 500 000 au Premier ministre.

En dehors des travaux parlementaires et des réunions des comités au sein desquels ils siègent, nos députés ne font pas grand-chose. Rappelons qui plus est, que chaque année l'Etat dépense près de Rs 110 millions pour la pension des ex-parlementaires. Une centaine d’hommes et de femmes très privilégiés avec des retraites à vie, sans limite d'âge.

Service cinq étoiles à l'assemblée

Le groupe Beachcomber, via sa filiale Plaisance Catering, s’était retrouvé aux fourneaux après un exercice d’appel d’offres, mais ce n'était pas au goût des fins palais de nos parlementaires. Le changement de «caterer» avait provoqué un tollé parmi les élus qui se sont habitués aux bons petits plats mijotés, pendant de longues années par madame Dalais de la Clef des Champs.

Le chef gourmet était effectivement revenue par la grande porte avec un certain plébiscite. Ils ont fini par avoir eu gain de cause avec une pétition pour faire part de leur "insatisfaction" par rapport aux prestations de Beachcomber.  

Une note salée à raison de près de Rs 12 millions de frais de bouche par mois, take away compris. 

«Rs 400 000 par jour». Cette somme comprend le petit-déjeuner à 11 heures, le déjeuner à 13 heures, le goûter à 16 h 30 et bien sûr le dîner à 20 heures pour les parlementaires entre autres employés de l’Assemblée nationale et gardes du corps des VVIP.

Que peut-on attendre de ces ministres ou députés, qui à l'unanimité, dans un de leur seul grand élan de solidarité dans l'Histoire de l'assemblée ont signé une pétition pour faire revenir leur cantinière cinq étoiles et dont un ancien ministre avait eu l'audace de déclarer : « Manze biskwi bwar delo ziska la fin siklonn ». « Sak personn pou gagne 2 litres delo, enn gramatin et enn tanto. Sak personn pou gagn 8 paké biskwi, 4 gramatin et 4 tanto ». Ne parlons plus de ces familles avec enfants jetés à la rue en plein hiver !
 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.