Menu



Société

Meurtre de Manan Fakoo à Beau-Bassin : un homme passe trois semaines en prison malgré un alibi en béton


Rédigé par E. Moris le Jeudi 18 Février 2021



Swaste Rao Fakoo plus connu comme Manan, âgé de 56 ans, a été victime d'une attaque criminelle à bord de sa voiture le 20 janvier, à quelques mètres de son domicile. Il est décédé deux jours plus tard.

Deux suspects, Nitish Yerukanaidoo et Antish Gowry, ont été interpellés le 22 janvier pour l’altercation qu’ils ont eue avec Manan Fakoo et d’autres "gros bras", connus comme le "Gang du Sud", à Grand Baie.  Ils continuent de croupir en prison sans raison valable depuis le 4 février jusqu'à leur prochaine comparution le 18 février.

Ils concèdent qu’ils ont eu un accrochage avec un groupe d’individus à Grand-Baie, parmi se trouvait Manan Fakoo et ces acolytes connus comme le "Gang du Sud". Apparemment le véhicule dans lequel se trouvaient les deux cousins a percuté celui dans lequel Manan Fakoo était l’un des occupants. Les deux cousins auraient reçu des baffes durant cette altercation. La raison était-elle suffisante pour tuer Fakoo alors que leur alibi le soir du crime est béton ?

Il est resté plus de trois semaines en détention

Antish Gowry, âgé de 30 ans, habitant de St-Pierre, représenté par Me Assad Peeroo a comparu devant la cour de Moka hier, mercredi 17 février. Il a été libéré contre une caution de Rs 40 000 et après avoir signé une reconnaissance de dette de Rs 200 000. La police n'ayant toujours pas bouclé leur enquête, a demandé à Antish Gowry de rester à leur disponibilité sauf que ce dernier aurait un alibi le jour de l’assassinat de Manan Fakhoo. Une dizaine de témoins pourraient confirmer qu’il se trouvait à un dîner familial à son domicile à St-Pierre ! Il aurait suffit de visionner des caméras de surveillance et éviter ainsi cet homme de croupir en prison !

Jeudi 18 Février 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.