Menu



Société

Meurtre de Kistnen : le témoin clé sous protection policière et le(s) suspect(s) toujours pas convoqué(s)


Rédigé par E. Moris le Dimanche 17 Janvier 2021



Qui pensez-vous aurait pu tuer Soopramanien Kistnen ? La question a été posée à plusieurs reprises à Poovanen Soobaroyen dans le cadre de l’enquête judiciaire en cour de Moka.

Vu les hésitations de ce dernier, la magistrate Vidya Mungroo-Jugurnath a alors proposé qu’il écrive le nom sur un morceau de papier qu’il va lui remettre. Ce qu’il a fait. Quel nom Poovanen Soobaroyen a-t-il écrit sur le morceau de papier ? Mystère. La magistrate a promis de ne pas divulguer le nom. 

Le témoin a aussi évoqué le volet des contrats. Il a déclaré que Rainbow Construction n’en obtenait pas. Car les appels d’offres étaient taillés sur mesure. La compagnie de Kistnen devait alors agir comme sous-contracteur. Il a précisé que Soopramanien était furieux et voulait tout dénoncer. D’ailleurs, son partenaire était persuadé qu’il a été « utilisé ». 

Poovanen Soobaroyen, actionnaire de Rainbow Construction, a aussi déclaré que le 16 octobre 2020, jour du décès de l’agent MSM, Soopramanien Kistnen lui a dit qu’il devait aller rencontrer une personne pour « obtenir de l’argent ».

Scandale pharmaceutique : tempête sur Jonathan Ramsamy, directeur général de la STC

Sur l’insistance de Me Azam Neerooa, représentant du DPP, Poovanen Soobaroyen a finalement indiqué que la personne que son partenaire devait rencontrer n’est autre que Vinay Appanah (beau-frère de Jonathan Ramsamy, directeur général de la State Trading Corporation). « Il est allé chercher de l’argent mais n’est jamais retourné », a déclaré Poovanen Soobaroyen. Ce dernier a précisé que Soopramanien Kistnen devait rencontrer Vinay Appanah au bureau de ce dernier à Quatre-Bornes.

Poovaden Soobaroyen a aussi avancé qu’il soupçonne les trois ministres du numéro 8 dans cette affaire, ainsi que Deepak Bonomally et Vinay Appanah. A la suite de ses révélations, devenant un témoin-clé, Poovaden Soobaroyen, bénéficie d’une protection policière.
 


 

Dimanche 17 Janvier 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.