Faits Divers

Menaces de mort : Sharris Sumputh, le gérant de la discothèque Xindix se rétracte et ne reconnaît pas Vishal Shibchurn

Mardi 11 Septembre 2018

Vishal Shibchurn
Vishal Shibchurn
Sharris Nath Sumputh avait porté plainte contre Vishal Shibchurn le lundi 3 septembre. 

Dans sa plainte à la police, il soutient qu’il a dû prêter main forte aux agents de sécurité de sa discothèque, dans la soirée du dimanche 2 septembre, pour mettre un groupe d’individus à la porte en raison de leur mauvaise conduite. 

Un des fauteurs de trouble l'aurait menacé en se présentant comme un proche de Vishal Shibchurn, un des dirigeants du gang du sud.


Sharris Sumputh aurait reçu plusieurs appels par la suite, lui intimant l'ordre de sortir de sa maison où l’attendait un groupe armé dirigé par Vishal Shibchurn. 

Vishal Shibchurn l'aurait menacé avec un revolver, puis l'informant vouloir lui tirer deux balles dans la tête avec une date butoir, vendredi. 

Craignant pour sa sécurité et celle de sa famille, Sharris Sumputh a dû abandonner sa maison. 


Après avoir porté plainte contre Vishal Shibchurn, Sharris Sumputh, le gérant de la discothèque Xindix s’est rétracté ce mardi 11 septembre lors d’une parade d’identification qui a eu lieu au centre de détention.

Il n'a pas identifié Vishal Schiburn, c'est ex-pompier en liberté conditionnelle qui a un lourd passé judiciaire.

Pour rappel, Sharris Sumputh est également en détention provisoire depuis le mardi 4 septembre.

Les limiers de la brigade anti-drogue avaient perquisitionné son domicile et ont découvert 7g d’haschish et 52g de LSD. Sharris Sumputh et sa compagne ont été arrêtés et traduits en cour de district de Curepipe sous une charge provisoire de trafic de drogue.

Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Dossier-Le-patron-de-la-discotheque-Xindix-en-detention-pour-possession-de-drogue_a1167.html

Rédigé par E. Moris le Mardi 11 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.