Politique

Loi Jugnauth-Gobin : Quand la propagande MSM était sur les réseaux sociaux pour "annoyance" en 2014

Samedi 10 Novembre 2018

Il y a quatre ans, avant le scrutin du 10 décembre 2014, l’alliance Lepep utilisait "impunément" Facebook pour "annoyance" en dénigrant les adversaires politiques.


Le clip Viré Mam est un exemple flagrant, ils avaient misé sur les photos, dessins de presse, éditoriaux et autres articles d’opinion qui est vite devenu viral sur la Toile, avec plusieurs centaines de milliers de vues.

Le clip «Vire Mam» était élu disque de l’année au hit-parade du classement des plus gros tubes ayant été vu 430 000 fois sur YouTube.

Il ne faut pour autant pas oublier les dizaines de vidéo "Made MSM" publiées sur leur page officielle qui n'hésitaient pas à attaquer les adversaires sous la ceinture avec des insinuations graves et humiliantes.

Une chaîne de propagande MSM numérique crée de façon éphémère, menée par une ancienne journaliste, activiste notoire qui tout comme Vikram Jootun nommé à la tête de directeur de la Mauritius Film Development Corporation (MFDC), a reçu pour sa part un fauteuil chez Mauritius Telecom pour "services rendus".

Si l'ancien Premier ministre n'a pas été épargné par le parti Soleil, la famille Rawat à travers les filles de Dawood Rawat ont aussi eu droit au même traitement via une certaine presse.

Leurs noms traînés dans la boue, leurs vies privées dévoilées dans les moindres détails grâce à une machine de propagande avec souvent à la clé des menaces si ce n'est du chantage. 

On aimerait croire à la bonne foi du gouvernement de faire le "nettoyage" dont ils ont le secret sur la Toile. Nous souhaitons rappeler ce dicton aux prédateurs de la liberté d'expression : "balié divan la porte".

Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Qui-est-Vikram-Jootun-le-chef-d-orchestre-du-clip-Vire-Mam_a2473.html

Rédigé par E. Moris le Samedi 10 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.