Menu


Faits Divers

Les Samrandine en liberté conditionnelle


Rédigé par E. Moris le Vendredi 3 Avril 2020



Ceux par qui le scandale est arrivé à Résidences Vallijee il y a quelques jours, respirent de nouveau l’air libre.

Certes, il ne s’agit pas des New Kids in Town (The Eagles) ou encore des New Kids on the Block… Ce serait plutôt Johnny Johny come home (Avalanche).

L’arrestation des deux frères Samrandine, le 24 mars dernier, est intervenue après des bagarres entre policiers et habitants à Résidence Vallijee. Suite à quoi, le commissaire de police avait institué une enquête pour déterminer si l’usage de violence par des certains policiers était justifiée.

Brutalité policière alléguée : Arrêté, un officier retrouve la liberté conditionnelle

Les Samrandine sont donc de retour à Résidences Vallijee. Ils devront s’acquitter d’une caution de Rs 5 000. La décision de les relâcher a été prise le mercredi 1er avril devant la cour de district de Port-Louis.

Ricardo Samrandine, 39 ans, et Billy Samrandine, 47 ans, devront également signer une reconnaissance de dette de Rs 20 000. Les deux frangins, qui étaient représentés par Me Erickson Mooneapillay, devront néanmoins changer d’adresse pour le moment.

Pour rappel, tout a commencé par le refus d’un groupe de personnes de rentrer chez eux. Le pays était alors en confinement. Ils ont pris refuge dans une maison d’où ils ont lancé des projectiles sur le véhicule de la police. Rappelons que, dans cette même affaire, un policier a été inculpé de torture.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.