Menu


Politique

Le gouvernement mauricien persiste à maintenir la quarantaine obligatoire à partir du 1er octobre


Rédigé par E. Moris le Samedi 19 Septembre 2020

Les passagers doivent effectuer un test PCR cinq jours avant le départ, puis passer 14 jours de quarantaine dans un hôtel approuvé par les autorités.



Le Premier ministre, Pravind Jugnauth en évoquant la réouverture des frontières partielle à partir du 1er octobre, a déclaré que « la quarantaine est importante pour la sécurité sanitaire de la population ».

Selon lui, le gouvernement a tout fait pour assurer que la pandémie n’affecte pas davantage la santé de la population. Les étrangers qui ont des permis de résidence et ceux qui sont éligibles à travailler à Maurice, seront autorisés à entrer sur le territoire mauricien, ainsi que les touristes qui voudront venir pour un long séjour. Mais ces personnes devront impérativement passer par l’exercice de quarantaine.

Chers touristes, bienvenue à l'île Maurice...en quarantaine.

A noter que la plateforme de réservation en ligne de la MTPA, est opérationnelle à compter de ce dimanche 20 septembre. Celle-ci permettra de mieux coordonner les contacts entre les hôtels, les compagnies aériennes et les voyageurs. 

Des vols réguliers, affrétés par Air Mauritius et Emirates Airlines, connecteront Maurice à différentes destinations. Les places sur ces vols pourront également être réservées à travers les agences de voyages, des centres d’appel et les sites web des compagnies aériennes.

Des protocoles sanitaires stricts et conformes aux normes internationales seront appliqués à bord des appareils, à l'aéroport, lors des transferts de l'aéroport, aux sites de quarantaine, de même qu’au sein des hôtels et des espaces publics.

 



1.Posté par Franck eric le 20/09/2020 13:35
À l'heure où une septaine est suffisante et où on nous explique qu'il faut vivre avec le virus qui mute, devenant moins virulent, on a du mal à comprendre les décisions du gouvernement mauricien.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.