Politique

Le fan club de l'ex ministre Roubina Jadoo-Jaunboccus

Dimanche 29 Juillet 2018

Epinglée par la commission d'enquête sur la drogue, la ministre redevenue simple parlementaire peut compter sur le soutien de ces mandants de la circonscription n°2, Port-Louis Sud–Port-Louis Centre.


Des mandants de la circonscription, le n°2, Port-Louis Sud–Port-Louis Centre, ont affiché leur soutien à Roubina Jadoo-Jaunbocus samedi.
Des mandants de la circonscription, le n°2, Port-Louis Sud–Port-Louis Centre, ont affiché leur soutien à Roubina Jadoo-Jaunbocus samedi.
Samedi 28 juillet à la fin de sa conférence de presse, Roubina Jadoo-Jaunboccus était fortement applaudie par un groupe de soutien présent dans la salle.

C'est sans rappeler le même scénario lorsque Roshi Badhain avait claqué la porte du gouvernement. 
 
Les fidèles supporteurs de l'ex-ministre de l'Egalité des genres et de la famille n'ont pas hésité à brandir pancartes à la main leur soutien :

«We support our Hon. Roubina Jadoo-Jaunbocus»

«La vérité pou toujours triompher»

«Nou pou combat ansam avec ou Madame Roubina»

«Roubina symbole development circonscription n°2».


Remontée comme un coucou entre ses griefs contre l'ex juge de la commission, M. Lam Shang Leen et évoquant la miséricorde du Seigneur, c'était une députée en transe face aux journalistes.

Roubina Jadoo-Jaunbocus n'a pas hésité de remettre en question le travail de la commission d’enquête sur la drogue en avançant que ses droits constitutionnels ont été bafoués.

 «Ou ti kapav poz mwa kestion, M. Lam Shang Leen. Mo ti pou réponn ou»en faisant référence aux Rs 50 000 qu’elle aurait prises de Maria Cupidon pour les reverser sur le compte du trafiquant Kamasho. 

Elle a insisté de jamais avoir pris d’argent de qui que ce soit.
«Surtout pas Rs 50 000 ! Je n’allais pas risquer de perdre ma robe pour une telle affaire. Vous savez, j’ai travaillé en Angleterre et je gagnais très bien ma vie là-bas !»
Dans une mise scène d'actrice agacée face à la persécution dont elle fait l'objet, elle n'a pas hésité à tacler le traitement «différent» auquel a eu droit un de ses confrères.

«Mo pa pou dir so nom» mais c'est bien de Kailash Trilochun dont elle fait mention. Le beau-frère de Nando Bodha a eu droit à une réflexion pertinente de la part de Roubina Jadoo Jaunboccus. Elle y voit une injustice.

Il est celui qui a le plus de «unsolicited visits» à la prison.

Lire également : 

https://www.zinfos-moris.com/La-sucess-story-de-Me-Kailash-Trilochurn_a378.html

Rédigé par E. Moris le Dimanche 29 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.