Menu


Société

Le commissaire de prison, Vinod Appadoo sur la sellette


Rédigé par E. Moris le Samedi 9 Mai 2020



Le ciel lui est tombé sur la tête ! Et pour cause, l’agression alléguée de Caël Permes par des gardiens de prison, pourrait lui coûter son poste de Commissaire des prisons.

À une radio vendredi, Vinod Appadoo a beau expliquer que la violence et la brutalité ne sont pas tolérées en prison, surtout de la part des gardiens sur des détenus, mais on voit clairement que l’homme est sonné. KO debout !

Affaire Cael Permess : L’ONG Droits Humains Océan Indien (DISMOI), réclame la «démission sans délai» du Commissaire des prisons, Vinod Appadoo.

D’ailleurs, ceux qui n’ont jamais adopté sa méthode sont déjà montés au créneau pour réclamer sa tête ou alors une enquête sur sa gestion. Tout indiquait que Vinod Appadoo allait cette année quitter son poste. Il se pourrait que son départ soit précipité avec l’affaire Permes. Le seul problème, c’est qu’il part sur une mauvaise note. 

Rappelons que quatre gardiens de prison sont accusés de meurtre. Le ministère public pense qu’ils auraient agressé Caël Permes lors du transfert de ce dernier depuis la prison de Beau-Bassin jusqu’à celle de la prison de haute sécurité de La Bastille. 

Malgré toute la série de "Prison Break " à la mauricienne, suite au renouvellement de son contrat pour deux ans, Vinod Appadoo dit croire que son travail est reconnu. 

En même temps, la Commission des droits de l’homme enquête non seulement sur ce deux, mais deux autres survenus récemment dans deux établissements pénitentiaires. L’un avait été retrouvé mort à la prison de Beau-Bassin, quelque temps après la grosse mutinerie qui avait ébranlé cette prison. Et l’autre avait été retrouvé pendu à l’infirmerie de la prison de Melrose. 

Vinod Appadoo a eu beau clamer qu’il n’y a pas de complot pour assassiner des détenus. Reste que, figurativement parlant, il a été poignardé dans le dos par ses propres hommes. L’affaire Permes a fait deux victimes !


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.