Menu


Politique

Le PPS Rawoo s’en met plein la gueule… et les dents


Rédigé par E. Moris le Samedi 13 Juin 2020



Une phrase du député Eshan Juman et le dentiste Ismaël Rawoo, PPS au sein du gouvernement, se retrouve en pleine tornade.

Il était environ 23 heures lorsque l’élu rouge, qui intervenait sur le budget, a lancé que pendant que des squatters de Riambel « dorment à la belle étoile », le Parliamentary Private Secretary Ismaël Rawoo « a obtenu deux arpents pieds dans l'eau d'une valeur de Rs 250 millions ».

Le PPS, piqué au vif, a demandé à Eshan Juman de prouver ses affirmations. C’était une erreur. Le député rouge a alors brandi le contrat de location entre le ministère des Terres et du Logement et la compagnie Smart Clinics Ltd. Bim, dans les dents !

Le Parlement pour les Nuls selon Bertrand Chagal

Le Deputy Speaker, qui présidait alors la séance, a demandé à avoir une copie du document et aussi que celui-ci soit transmis à Ismaël Rawoo. Ce dernier a alors souligné qu’il n’y a que le nom d’une compagnie et qu'il doit vérifier qui en est propriétaire et qui en est directeur.

Smart Clinics, selon les documents du Registrar of Companies, a été incorporée le 6 octobre 2015 et a pour actionnaires : Ismaël Muhammad Rawoo (1 000 actions), le Dr An Naas Hamid Muhammad Rawoo (60 600 actions) et Aisha Bee Boodhoo-Rawoo (39 400 actions).

La séance a été suspendue et par la suite, le Dr Ismaël Rawoo a indiqué que ces révélations n’ont rien à voir avec les débats budgétaires. Il a aussi insisté que tout a été fait dans la plus parfaite légalité et qu’il n’est pas le seul député à avoir un terrain.

C’est sur les Pas géométriques de Grande-Rivière-Noire que se situe le terrain, octroyé le 24 mai 2018. Le bail est sur 10 ans à un coût total de Rs 10,7 millions. Il existe un bâtiment sur le terrain que Smart Clinics Ltd se propose d’acheter pour Rs 15 millions.


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.