Politique

La partielle au n°7 de Pravind Jugnauth fait plouf !

Dimanche 6 Octobre 2019

Pravind Jugnauth a mis fin à toutes les spéculations ce dimanche 6 octobre en annonçant la dissolution du Parlement à la Mauritius Broadcasting Corporation (MBC).


Après les rumeurs d'une dissolution du Parlement depuis le vendredi 4 octobre, les choses se précipitées ce dimanche au bureau du Premier ministre (PMO). Un enregistrement par la chaîne de télévision nationale, où on a vu un Pravind Jugnauth un brin "crispé" par cette annonce selon les observateurs politiques. 

Les prochaines législatives se tiendront le 7 novembre prochain. Quant au dépôt de candidatures, le Nomination Day, aura lieu le 22 octobre. 

Pravind Jugnauth s’est rendu au bâtiment du Trésor ce matin où il a convié une équipe de la MBC pour faire cet enregistrement. C'est d'ailleurs, Anooj Ramsurrun de nouveau recruter comme consultant à la MBC   qui était au PMO ce matin.

Pravind Juganuth et sa partielle au n°7

Rien ne viendra perturber le calendrier électoral du Premier ministre. C’est ce qu’avait déclaré Pravind Jugnauth dans de nombreuses conférences de presse et déclarations.

"Ce ki mo dire, mo faire li". «Monn dir. Li lor mo radar election parstiel la. Lor mo radar li pe aprose, li pe aprose la. Atann.»

Le Premier ministre avait déclaré qu’il entend mener à bien sa mission en annonçant en fanfare son candidat : Vikash Nuckchady, un ex MMM qui a changé casaque peu avant les dernières élections générales pour rejoindre l’Alliance Lepep. 

Ce sera donc, la première fois que le leader du MSM, passera devant les urnes pour se faire élire comme Premier ministre. Pour rappel, Pravind Jugnauth a succédé à son père, sir Anerood Jugnauth, au poste de PM le 23 janvier 2017 sans...passer par le scrutin. Ce qui lui a valu le surnom de "l'impost" par ces adversaires politiques.


 

Rédigé par E. Moris le Dimanche 6 Octobre 2019

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.