Menu

Politique

La «diarrhée verbale» du commissaire électorale ravive des tensions inutiles avec le leader de l'opposition


Rédigé par E. Moris le Mardi 24 Mai 2022

Le leader de l’opposition soutient qu’il y a des zones d’ombre dans le système d’enregistrement des électeurs. « Il faut mettre au clair ces points avant les prochaines élections municipales et générales ».



Quel galimatias ! Au lieu de discuter comme des personnes civilisées, c'est par le biais d'un communiqué particulièrement pompeux que le commissaire électoral, très mal conseillé, s'est exprimé. Sans surprise, le ton particulièrement agressif a suscité des énervements inutiles de part et d'autre. 

Dans un jeu de ping-pong, c'est au tour du leader de l'opposition Xavier-Luc Duval de publier le sien, afin de donner la réplique aux sournoiseries du commissaire électoral. Un communiqué écrit par on sait qui, étant donné qu’Irfan Rahman ne prendra pas le risque d’écrire en français, dont la teneur est un méli-mélo d'interprétations et de "mensonges", citant Duval et de «diarrhée verbale» du point de vue de Paul Bérenger.

Sur le vote des citoyens du Commonwealth à Maurice, le communiqué soutient que le leader de l’opposition « se base sur des on-dit et des mythes pour prétendre qu’un nombre conséquent d’ouvriers étrangers ont voté aux dernières élections et ont ainsi faussé le vote de l’électorat mauricien ». Ce que réfute Xavier Duval, affirmant ne pas avoir tenu ce genre de propos.

Le communiqué soutient aussi que Xavier-Luc Duval a tenu des propos erronés, insultants et malveillants sur un certain nombre de sujets. Sur le droit de vote des étrangers, citoyens du Commonwealth, le communiqué précise que c’est la loi. Du moment qu’un étranger répond aux critères, il peut se faire enregistrer et voter. Le bureau du commissaire électoral soutient que seuls les personnes figurant sur le registre électoral peuvent voter. Il affirme aussi que seuls 838 citoyens étrangers ont pu voter en 2019. Et cela, en présentant une carte d’identité. Il affirme aussi qu’aucune pétition électorale logée n’invoque le vote de citoyens étrangers pour réclamer un nouveau décompte des voix.

 

Acquisition du logiciel Social Media Analytics Cloud ou d'un logiciel qui ressemblerait à celui utilisé par Cambridge Analytica. Le bureau du commissaire électoral réagit aussi aux propos de Xavier-Luc Duval sur le stockage des données du registre électoral. Il les qualifie de « graves et d’inexacts ». Pour sa part, rappelons que Xavier-Luc Duval dit avoir critiqué le système en place car il présente de grosses lacunes. Dans son communiqué, Irfan Rahman avait démenti l’acquisition et l’utilisation d’un Social Media Analytics Cloud. Or, le leader de l’Opposition a cité un communiqué du State Informatics Limited qui en 2017 confirmait l’acquisition de cet équipement pour le bureau du commissaire électoral.

Xavier-Luc Duval, a par ailleurs, réclamé des explications sur les noms des 45 000 votants qui ont disparu du registre électoral en 2019 par rapport l’année électorale de 2014. Il se demande s’il ne fallait pas initier une enquête approfondie pour faire la lumière sur cette anomalie. « Pas de mensonges s’il vous plait !», a écrit Xavier-Luc Duval. Espérons que le commissaire électoral dans un sursaut de lucidité prendra son téléphone et recevra le leader de l'opposition, ou organisera une conférence de presse pour répondre aux questions légitimes de la population.
 


Mardi 24 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.