Menu

Société

Mal conseillé, Irfan Rahman réagit aux propos de Duval dans un long charabia indigeste et pompeux


Rédigé par E. Moris le Vendredi 20 Mai 2022

Il ne pouvait pas faire pire en terme de communication. Depuis quelques mois, le commissaire électoral, qui a pourtant maintenue une certaine courtoisie tout au long de sa carrière auprès des différents leaders politiques, ne cesse de montrer quelques signes d'énervement qui lui ressemblent peu.



Mal conseillé, Irfan Rahman, se noie dans de longues explications, dicté et écrit par un esprit revanchard qui a tendance à régler ses comptes, au lieu d'apaiser la situation, entrainant la chute de popularité dans l'opinion publique d'un homme qui n'a jamais eu besoin de conseillers en communication pour se faire respecter. 

Sur la sellette depuis les dernières législatives où son intégrité et son professionnalisme ont pris un sacré coup avec des pétitions électorales à la pelle, des bulletins de vote retrouvés dans la nature, des électeurs non enregistrés, des "Computers rooms" secrets, ou encore la méthode de la fameuse "règle magique", c'est ainsi qu'à vouloir côtoyer le Soleil, Irfan Rahman tout comme Ameenah Gurib-Fakim, ont fini par ternir leur réputation et brillante carrière sous le régime des Jugnauth. Si il est vrai que le commissaire électoral a collectionné les médailles à l'international pour son professionnalisme, il est à craindre que les Mauriciens eux, ne retiennent que les "elektion kokin" de 2019. 

 

Dans un communiqué émis ce vendredi 20 mai, le bureau du commissaire électoral a tenu à apporter des explications à la suite des propos tenus par Xavier Duval, lors d’une conférence de presse, le 17 mai.

Un long charabia, ni queue ni tête, mais qui ressemble à un règlement de compte. Ainsi selon le communiqué, le leader de l'opposition aurait tenu "des propos erronés, insultants et malveillants sur un certain nombre de sujets qui ont ensuite été repris par les médias. Regrettablement, ceux-ci ont été repris dans les médias, sans qu'on ne procède à aucune vérification et en omettant de demander la version du bureau du commissaire électoral."

 

Voici quelques extraits :

" Le commissaire électoral et les fonctionnaires sont tenus d'agir sous l'autorité de la loi datant de plus de 60 ans, la RoPA concernant le vote des étrangers citoyens du Commonwealth. L'Etat actuel de notre droit permet aux citoyens du Commonwealth, ayant résidé durant une période prescrite à Maurice, de figurer sur notre registre électoral et donc de voter aux élections législatives. Tant que la Constitution prescrit cela, le bureau du commissaire électoral est tenu de les enregistrer et leur permettre de voter, si tel est leur choix."

"Le leader de l'opposition se base toutefois sur des on-dit et mythes urbains pour prétendre qu'un nombre conséquent d'ouvriers étrangers ont voté lors des dernières élections
générales et ont ainsi faussé le vœu de l'électorat Mauricien."


S'en suit d'autres attaques dénuées de diplomatie, "A travers ses propos, le leader de l'opposition caricature et dénigre le travail de milliers de fonctionnaires, en avançant qu'ils ne passent qu'une seconde fois dans les ménages quand ils n'arrivent pas à parler à un membre de la famille lors de leur premier passage. Il poursuit en laissant entendre que, partisans du moindre effort, les « canvassers» déposent prétendument, un avis de passage, dans le commerce du coin." "Cette affirmation porte atteinte à la rigueur de ces centaines de fonctionnaires qui repassent dans certains cas 5 à 6 fois, et en vain, parfois par un temps inclément, devant la même porte fermée; ou qui se font agresser verbalement ou mordre par des animaux de compagnie dans l'exercice de leurs
fonctions...."


"Le leader de l'opposition tient également des propos trompeurs en affirmant qu'un présumé
logiciel « Social Media Analytics Cloud» a été acquis et utilisé par ce bureau. Les faits incontestables sont les suivants: Aucun logiciel de ce type n'a été acquis, ni n'est utilisé par le bureau du commissaire électoral ou l'Electoral Supervisory Commission (ESC) en relation avec la base de données des électeurs.
En évoquant des controverses venues de l'étranger, liées davantage à Facebook qu'à la base de données des électeurs elle-même, le leader de l'opposition se livre à des amalgames et confusions qui peuvent conduire les Mauriciens à croire en l'existence de pratiques douteuses qui permettraient de modifier le registre électoral à des fins malveillantes, alors que cela n'est pas le cas."

Vendredi 20 Mai 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.