Menu


Société

La STC a eu recours aux procédures de l'Emergency Procurement, au coût de Rs 1,4 milliard


Rédigé par E. Moris le Mardi 21 Juillet 2020



Répondant à la Private Notice Question d'Arvin Boolell au sujet des contrats alloués aux compagnies au l’achat des médicaments, durant le confinement, le Premier ministre, Pravind Jugnauth a déclaré qu’il n’y a pas eu de « copinage, ni de triage dans la sélection des entreprises. »

Pour se défendre, Pravind Jugnauth a évoqué deux compagnies, l’une qui est dirigée par le membre du Parti Travailliste, Cader Syed Hossen et une autre, dont le propriétaire, est proche selon lui,  du leader de l’Opposition, Arvin Boolell.

Scandale pharmaceutique : Tempête sur Jonathan Ramsamy, directeur général de la STC

La State Trading Corporation (STC) a eu recours 18 fois aux procédures de  l'Emergency Procurement pour faire l'acquisition de produits et d'équipements médicaux durant le confinement et le couvre-feu sanitaire en raison du Covid-19 et ce jusqu'au 30 avril. Ces acquisitions de six soumissionnaires ont coûté Rs 1,5 milliard, un montant puisé des fonds de la STC. 

Le ministère du Commerce, a signé, quant à lui, quatre achats sous les procédures d'urgence, au coût de Rs 95,3 millions provenant des fonds du ministère de la Santé. 

Et 66 fois à la la Santé, depuis le 23 mars, notamment 8 exercices pour l'achat de produits pharmaceutiques, 51 pour celui des équipements de protection et 7 pour celui de réactifs et autres produits de laboratoire.

Pravind Jugnauth a aussi déclaré qu'aucune autre enquête n'est envisagée dans l'affaire d'achat de produits pharmaceutiques et d'équipements médicaux, bien que l'Independent Commission Against Corruption (Icac) a déjà démarré une enquête. Rappelons que l'approvisionnement en fournitures médicales ayant été effectué selon les dispositions de la section 21 de la Public Procurement Act et d'autres lois en vigueur.



 


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.