Menu



Société

L'île Maurice, un état policier entre dénonciation et délation en période de Covid-19


Rédigé par E. Moris le Vendredi 7 Mai 2021



Nous avons été les premiers et les rares à avoir dénoncé depuis le premier confinement l’excès de zèle de la police s’agissant de faire respecter les consignes de confinement, puis du couvre-feu, deux des mesures importantes prises par le Premier ministre Pravind Jugnauth pour stopper la propagation du coronavirus dans l’île.

A l'île Maurice, les "brigades sanitaires" traquent et embarquent des centaines de famille

Ces mesures étant une privation de liberté, voire une assignation à résidence d’une population de 1,2 million d’individus, elles sont une atteinte manifestement grave à la liberté d’aller et venir, laquelle est garantie par la Constitution.

En temps normal, même s’il n’y a pas de hiérarchie entre les libertés, une telle atteinte à la liberté d’aller et venir est considérée comme inconcevable dans une démocratie moderne, c’est LA liberté des libertés, qu’on peut néanmoins déroger en ultime ressort, notamment quand l’ordre public est en jeu. La quarantaine imposée est également pointée du doigt dans les cas de "contact tracing" où femmes et enfants sont emmenés sans ménagement entre quatre murs, leur privant de leur repère et liberté.

Une restriction de mouvements planifiée, orchestrée et assumée

Le Deputy Commissioner Krishna Jhugroo, prétendant au poste de commissaire de police, continue de faire des vagues. Quand il n'est pas pris en flagrant délit de mensonge à heure de grande écoute, il sait aussi tapé ses petits poings sur la table.

Après les contraventions pour non-respect du confinement, passible d’une amende pouvant atteindre Rs 500 000 et d'une peine de prison allant jusqu’à 5 ans de prison. Krishna Jhugroo a prévenu qu’en cas de verdict de culpabilité, la condamnation figurerait sur le certificat de moralité du coupable. Ce qui risque de compliquer toute démarche pour un emploi. Assumant cette décision arbitraire dans un Etat de droit, il a ainsi appelé à la responsabilité de tout un chacun et leur demande de penser à leur carrière professionnelle....

Ce vendredi soir, un nouveau pas est franchi, rappelant les pratiques à l'époque Nazi

Alors que le village de Camp-Diable est décrété zone rouge en raison de nouveaux cas positifs, la police à travers Krishna Jhugroo, a annoncé qu'une équipe "spéciale" est mise en place pour traquer les récalcitrants. Il appelle également les citoyens à la délation, en mettant en place une hotline et des numéros WhatsApp pour que la population téléphone et envoie des images en cas de non-respect des gestes barrière. Ces futurs "collabo" vont-ils être récompensés comme de bons "patriotes"?

Vendredi 7 Mai 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.