Politique

Discours haineux sur internet : Maneesh Gobin continue ses pitreries à Genève

Samedi 10 Novembre 2018

L’Attorney General Maneesh Gobin et les membres de la délégation se trouvent actuellement à Genève. 
Un Gender Bill, un Children’s Bill mais pas de Freedom of Information Bill...du moins pour les prochains mois. C’est ce qui ressort de l’interrogatoire de la délégation mauricienne, dans le cadre de l’Examen périodique universel du Conseil des droits de l’homme des Nations unies mercredi à Genève en Suisse.

Dans le même exercice, vendredi, Maneesh Gobin en pyromane/pompier, le nez plongé piteusement sur son pupitre et lisant studieusement son petit papier, demande qu’il y ait plus de vigilance contre les discours haineux et la « culture d’impunité » qui se propagent sur internet. 

Pour rappel, le Judicial & Legal Provisions Bill No 2 a été voté au Parlement la semaine dernière. L’article 46 de l’Information & Communication Technologies (ICT) Act suscite la controverse puisqu’il prévoit des sanctions plus sévères, soit une peine d’emprisonnement de dix ans contre les auteurs d’un post causant « annoyance », « humiliation » ou « inconvenience » sur la Toile.

Ce même Gobin remplaçant d'un Ravi Yerrigadoo , avec la mémoire du poisson rouge oublie que le parti Lepep a gagné les élections de 2014 avec un clip Viré mam devenue viral sur le web, dénigrant les adversaires politiques !

Lire également :

https://www.zinfos-moris.com/Dossier-Quand-nos-ministres-s-illustrent-par-leur-pietre-performance-a-l-etranger-_a2368.html

https://www.zinfos-moris.com/L-Attorney-General-defend-bec-et-ongles-ses-amendements_a2276.html


https://www.zinfos-moris.com/ONU-Maneesh-Gobin-se-defend-tant-bien-que-mal_a2435.html

Rédigé par E. Moris le Samedi 10 Novembre 2018


1.Posté par Carreau le 10/11/2018 09:26 (depuis mobile)
Ce gouvernement est completement a l agonie, mais il trouve encore la force de se ridiculiser par leurs actions... ou plutôt leurs exactions

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.