Menu



Société

Comité Olympique Mauricien : L'indéboulonnable Philippe Hao Thyn Voon obtient un sursis


Rédigé par E. Moris le Mercredi 14 Octobre 2020



L’assemblée générale élective du Comité olympique mauricien (COM) se déroulera après les Jeux Olympiques de Tokyo prévus du 23 juillet au 8 août de l’année prochaine.

Cette décision devrait être validée après l’assemblée générale extraordinaire (AGE) prévue pour le 16 octobre. Les nouveaux amendements que comptent apporter le COM une fois les élections passées seront également débattus durant l’AGE. « Nous voulons que ce soit des élections ‘free and fair’», avance Philippe Hao Thyn Voon. 

Philippe Hao Thyn Voon se dit prêt à assumer un nouveau mandat de quatre ans à la présidence du Comité olympique mauricien (COM). En poste depuis 2008, l'indéboulonnable Philippe Hao Thyn Voon se dit donc prêt à relever un nouveau défi. Il est à noter que le CIO n’impose pas de limite d’âge et de mandat au niveau des élus au sein des comités olympiques.

La rédaction de Zinfos Moris avait brossé le portrait satirique de Philippe Hao Thyn Voon suite à la polémique concernant Kaysee Teeroovengadum, ancien secrétaire général du Comité olympique mauricien poursuivi pour attouchement sexuel sur une athlète. On vous laisse (re)découvrir. 

Philippe Hao Thyn Voon, président du comité olympique mauricien : "sa ti pink pinkou la"

A lire également : Alain Hao Thyn Voon n'est nul autre que le fils de Philippe Hao Thyn Voon, président du comité olympique. Sa société Pad&Co semble être un acteur majeur dans le secteur de la construction à Maurice et également dans les petits souliers du gouvernement. Son entreprise est impliqué sur 17 sites à travers le pays. Des contrats de rénovation à la pelle pour Pad n Co. Une firme épinglée par la Banque africaine de développement pour mauvaises pratiques et c’est la tempête à Maurice sur le Central Electricity Board et le ministère des Services publics de Collendavelloo

Mercredi 14 Octobre 2020

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.