Menu

Société

Boygah s’attire les foudres du personnel du MSB


Rédigé par E. Moris le Lundi 14 Mars 2022



Il a fallu 9 mois seulement ! Sandhya Boygah, la directrice générale du Mauritius Standards Bureau, est déjà la cible du personnel, du moins certains employés, de l’institution.

Une lettre a été envoyée à plusieurs dirigeants, dont le Premier ministre, pour dénoncer sa mauvaise gestion, certains abus au niveau des congés et l’utilisation d’une voiture de l’institution. D’abord, il y a les reproches concernant certaines décisions prises concernant les départements de l’institution et les employés qui sont appelés à faire des tâches supplémentaires. Ils pourraient être exagérés. Car il ne faut pas oublier que le MSB est un corps paraétatique et que personne n’aime pas en faire trop !

Dossier : Veer Luchoomun, un frère peu convenable

Certains reproches évoquent des catégories qui bénéficieraient d’un meilleur traitement de la directrice générale. Ce qui est intolérable encore, si ces allégations sont avérées, c’est que Sandhya Boygah est accusée d’utiliser les véhicules officiels et ses chauffeurs comme livreurs pour aller chercher de la nourriture ou effectuer ses tâches personnelles. Elle est aussi accusée d’abuser des congés. Elles ne les consignent pas dans le livre de présence.

Et que dit la principale concernée ? Elle affirme que les critiques sont légion et que les allégations en question proviennent de « personnes frustrées » qui veulent nuire à sa réputation et celle du MSB. Elle affirme que toute décision doit obtenir l’aval du conseil. Rappelons que le président du conseil d’administration est aussi égratigné dans la lettre.

Lundi 14 Mars 2022


1.Posté par Seewoosagur le 14/03/2022 07:40
C'est normal d'être critiquée quand on n'a pas les compétences pour un poste.
Quand on n'adhère pas aux valeurs et à la culture d'une entreprise, on ne peut être ni impliqué ni motivé.

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.