Menu


Société

Air Mauritius : Le dégraissage se poursuit


Rédigé par E. Moris le Jeudi 28 Mai 2020



Le dégraissage se poursuit. Plusieurs cadres d’Air Mauritius prennent la porte de sortie. Notamment, Raja Buton, l’Officer in Charge de la compagnie depuis le départ de Somas Appavou, Donald Payen, EVP Customer Experiences, Ground and In-flight Services, Mike Seetaramadoo, General Manager d’Air Mauritius en Chine et Vijay Seetul, l’Executive Vice President-Finance 

A noter qu’un EVP touchait Rs 500 000 par mois, allocation comprise avant la crise de la Covid-19. Les administrateurs d’Air Mauritius avaient évoqué le chiffre de 50 % du personnel qui pourraient être appelés à prendre la porte de sortie.

Rappelons que le conseil de direction d’Air Mauritius Limited, s’est réuni le mercredi 22 avril pour prendre connaissance de l’état des finances de la compagnie en raison de la pandémie Covid-19 et a décidé de la mettre sous administration volontaire.

Une décision prise afin de sauvegarder les intérêts de la compagnie et des actionnaires en période de pandémie Covid-19. De ce fait, Sattar Hajee Abdoula et Arvindsingh Gokhool, tous deux de Grant Thornton, ont été nommés administrateurs sous les clauses de l’Insolvency Act. 

Depuis cette annonce qui a fait l'effet d'une bombe, l'opposition a donné de la voix, les syndicats, ainsi que les mauriciens sur les réseaux sociaux, ou encore des pseudo éditorialistes, "petits flics de la bien pensante". Mais du côté du gouvernement c'est silence radio !

Le Premier ministre est absent du paysage et les ministres d'habitude volubiles ont fait voeux de silence. On a eu droit à une seule réaction le 24 avril dernier, où le Premier ministre s’est dit triste de cette situation, mais a souligné que c’était « l’unique solution d’empêcher que la compagnie d’aviation nationale n’aille vers la faillite ». Il affirme aussi qu’il a  cœur l’intérêt d’Air Mauritius et de ses employés.


A lire également : Air Mauritius, un crash programmé et un CEO dans une forte zone de turbulences


Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.