Menu



Société

A Grand-Bassin, un rassemblement hors-la-loi organisé par le beau-frère de Bobby Hurreeram


Rédigé par E. Moris le Lundi 2 Novembre 2020

Un rassemblement sous forme de "rallye" à Grand-Bassin était organisé ce lundi 2 novembre à l'occasion de l'anniversaire du 186e anniversaire de l’arrivée des premiers migrants indiens à Maurice.



Le beau-frère du ministre des Infrastructures, Bobby Hurreeram, Senna Budlorun, fils d’un ex-dirigeant socioculturel, grand défenseur des Baboojee, dénué de finesse, qui a l'habitude de dérapage en tous genre, récidive.

Alors que la VOH avait eu l'interdiction de placarder les symboles du sabre et du drapeau indien dans ce lieu de culte, le gang du Sud, mené par des têtes brûlées connues de la place n'ont pas hésité à parader en brandissant des drapeaux aux couleurs de l'Inde et des armes, notamment des sabres. Notons que ce rassemblement était sous escorte policière, le port des armes était brandi à travers les vitres baissées sur l'autoroute, sans compter des jeunes à moto sans le port du casque, le tout à la vue et à la barbe des autorités. Le port du masque n'étant pas respecté par tous non plus sur place.

Incitation à la haine raciale: silence troublant du ministre de l'Intérieur

Quand Budlorun ne menace pas, n'insulte pas, en allumant le feu sur les réseaux sociaux et joue les gros bras, celui qui ne veut à tout prix pas paraître insignifiant, fait fi des autorités, s'estimant "intouchable". Au passage, on remarquera que la MBC, la télé nationale a donné la parole à ce jeune homme, prenant effet et cause pour les actions gouvernementales, mais l'équipe de rédaction n'avait pas trouvé d'images pour de milliers de manifestants à Port-Louis dans une marche pacifique!


Lundi 2 Novembre 2020


1.Posté par moricien le 03/11/2020 05:32
éna croire zotte capav fer ceki zotte envie. zotte blier ki zotte na plus majorité astère. banned bouffons, si zotte content linde coumme sa be allé labas...

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.