Menu

Politique

Voyage aux Chagos : Quand Boolell parle de provocation !


Rédigé par E. Moris le Jeudi 10 Février 2022



Les dieux lui sont tombés sur la tête ou quoi ? Interrogé par un média, Arvin Boolell a déclaré que l’étude scientifique entreprise par Maurice aux Chagos pourrait être perçue comme une « mission de provocation ». Il a peut-être raison. Et alors ? On peut ne pas être d’accord avec la gestion du pays par Pravind Jugnauth, surtout le côté accapareur, n’empêche que sur les Chagos, les frontières politiciennes ne doivent pas s’appliquer.

Certes, on peut, comme Arvin Boolell, ne pas comprendre l’objectif de ce voyage et déplorer le manque d’informations cohérentes. On peut aussi comme beaucoup critiquer le fait que c’est yacht de luxe qui a été choisi pour permettre à Jagdish Koonjul et sa délégation d’aller faire un petit tour sur les îles Chagos. Néanmoins, il faut comprendre que Koonjul, habitué aux bureaux feutrés de New York, se seraient senti comme un alien sur le Barracuda par exemple. De plus, pour un voyage de plus de 2 semaines, pour l’instant, on prend le maximum de confort possible.

Enfin, s’il y a des journalistes américains et britanniques au sein de la délégation, on n’allait pas prendre un rafiot. Surtout que la présence de journalistes américains et britanniques est primordiale sur le Bleu de Nîmes. C’est la seule raison qui empêcherait l’Oncle Sam et son cousin Boris de bombarder le navire, qu’il soit luxueux ou pas. La présence de journalistes mauriciens uniquement n’aurait pu empêcher un drone de cibler le navire. Mais comment expliquer à leur population que des journalistes de leur pays ont été transformés en festins pour requins ?

Pravind Jugnauth a indiqué qu’il va rester loin du Bleu de Nîmes. Il a évoqué l’argument de deux semaines loin des affaires. Pourtant, si le président des États-Unis peut diriger le pays depuis Air Force One, rien n’empêchait que Pravind Jugnauth en fasse de même depuis le Bleu de Nîmes. D’autant que le navire parait avoir plus d’équipement de télécommunication que le PMO.

Jeudi 10 Février 2022

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.