Faits Divers

[Violence conjugale] La députée Sandhya Boygah porte plainte contre son mari

Lundi 24 Septembre 2018

[Violence conjugale] La députée Sandhya Boygah porte plainte contre son mari
La plainte a été déposée au poste de police de Rose-Hill ce lundi 24 septembre.

La Parliamentary Private Secretary (PPS) Sandhya Boygah a porté plainte contre son mari pour violence conjugale et a fait une demande de Protection Ordercontre son époux, Yashodhar Boygah. Ainsi qu’une demande de Occupational Order. 

Selon son témoignage, une violente dispute a éclaté entre eux dimanche 23 septembre, à leur domicile à Quatre-Bornes, concernant sa voiture.

Au cours de la dispute, son époux l'aurait insultée. Elle souhaitait fermer la voiture, Yashodhar Boygah, lui aurait alors tordu la main droite pour lui faire lâcher les clés de la voiture.

Il l’aurait également menacée de mort en tentant de l’agresser avec le manche en métal de l’aspirateur.

Leur femme de ménage, est intervenue pour l'en empêcher.

Selon Sandhya Boygah, cela fait plusieurs années que son couple rencontre des problèmes conjugaux.

En  2011, elle avait fait une demande de Protection Order et en août dernier, elle avait porté plainte contre lui au Central CID pour violence conjugale.

En août, c'est une onde de choc dans les rédactions, la députée aurait été victime d'agression physique.

Malgré les démentis de ses proches, un internaute sur le site de Zinfos Moris avait donné l'alerte, nous informant que la députée était à l'hôpital Jeetoo. 

Toutefois, comme la députée s'était murée dans le silence, nous avions préféré attendre avant de diffuser la nouvelle, afin de respecter son droit à la vie privée. 

Le lendemain, la députée s'était exprimée sur une radio privée et avait nié toute agression.

Rédigé par E. Moris le Lundi 24 Septembre 2018

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.