Menu

Politique

Une démission collective de l'opposition réclamée par Badhain : XLD botte en touche


Rédigé par E. Moris le Vendredi 17 Décembre 2021



Roshi Bhadain a été libéré après avoir fourni une caution de Rs 15 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 50 000 au tribunal de Port-Louis ce vendredi après-midi.

Une accusation provisoire de complot dans une affaire de vol allégué a été retenue contre lui. Le leader du Reform Party, membre de l'Espoir (PMSD/MMM/Nando Bodha), devra à nouveau se présenter en Cour le 23 décembre 2021. A sa sortie du tribunal, face à ses sympathisants venus le soutenir en nombre, Roshi Bhadain a relaté les circonstances dans lesquelles la police a procédé à son arrestation ce matin. Il a aussi déclaré qu'il avait déjà consigné une « Precationary Measure » dans cette affaire le 5 février 2021 au poste de police d'Albion.

Par ailleurs, il a invité de nouveau les membres de l'opposition de démissionner. Ce n'est pas la première fois qu'il réitère cette proposition, pour dit-il "nettoyer" le pays. En octobre 2020, face aux scandales à répétition, il avait réclamé la démission des députés de l’opposition afin que cette action mène le pays vers des élections générales anticipées. « Il y a un Premier ministre qui ne peut répondre aux questions depuis deux mois. Il y a des enquêtes qui restent en suspens. Je demande au leader de l’opposition, Arvin Boolell, au leader du MMM, Paul Bérenger et au leader du PMSD, Xavier-Luc Duval de démissionner comme députés. Il y a trop d’enquêtes qui restent bloquées. Dir tou zot dimounn demisyone zot met eleksion zeneral ».

Si Xavier-Luc Duval dans sa conférence de presse cet après-midi, est revenu sur sa question parlementaire concernant les profits des importateurs, c'est surtout une question de la presse, qui a attiré l'attention. A l'invitation de la part de Badhain de démissionner, c'est l'air gêné, que celui-ci a déclaré que cette proposition a été faite dans "la chaleur du moment". Estimant par ailleurs, que l'opposition fait un "très bon travail au Parlement et pas question de quitter le champs libre au gouvernement, même pendant 9 mois, avec 100% de majorité". "Lerla nou pou gagne prosecution commission." Et concluant d'un rapide "au public de juger".

Petit rappel. En octobre 2020, les quatre principaux dirigeants de l’entente de l’opposition d'alors, se sont attaqués avec virulence, violence même, au leader du Reform Party. Xavier-Luc Duval, Navin Ramgoolam, Paul Bérenger et Arvind Boolell se sont tour à tour attaqués à Roshi Bhadain. 

Ils ont qualifié ses propos, dans son appel à l’opposition de démissionner « d’irréfléchis » et de « mal inspirés », au mieux, et « dangereux » au pire. Mais bien d’autres termes ont été utilisés dans la palette entre ces deux extrêmes ! Xavier-Luc Duval a clairement indiqué qu'une telle action représente « le plus cadeau qui pourrait être fait à Pravind Jugnauth ». 

Il avait affirmé que le Premier ministre se retrouverait pendant près de 8 mois sans opposition. « Il aurait le Parlement acquis à sa cause. Il aurait une majorité de trois-quarts. Et il pourrait changer toutes les provisions de la Constitution. C’est dangereux », affirme-t-il. Xavier-Luc Duval soutient que le « faux-pas » de Bhadain ne vont pas améliorer ses relations avec l’opposition. 

Navin Ramgoolam avait aussi tiré à boulets rouges sur Roshi Bhadain, mais en restant dans la limite. Il a indiqué que les propos du leader du Reform Party « ne font pas sens » et qu’il a été « mal-inspiré ». Paul Bérenger, quant à lui, ne s'était pas privé pour sortir le bazooka. « Avec ses propos, il a tenté de faire accroire que nous, députés de l’opposition, sommes attachés à nos sièges et que nous sommes des jouisseurs », a-t-il déclaré de sa voix de stentor. Avant de d’accuser Bhadain d’avoir tenu des propos dangereux ! 

Enfin, quant à Arvin Boolell, il avait parlé de « déclaration irréfléchie » et de « faux-pas monumental ». Il a demandé à ce que Bhadain se ressaisisse.

Pas sûr que ce nouvel appel soit entendu, à moins que la donne n'a changé depuis et qu'ils vont tous y mettre la forme pour décliner cette invitation de démissionner. Affaire à suivre...

Vendredi 17 Décembre 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.