Menu



Société

Une allocution et communication moins brouillonne mais toujours sur la corde


Rédigé par E. Moris le Vendredi 25 Juin 2021



Une allocution et communication moins brouillonne mais toujours sur la corde
Ce n'est pas un ambianceur, il faudra se faire une raison. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, s'est adressé hier jeudi aux Mauriciens avec un ton distant et perçu comme froid, pour annoncer la troisième étape du plan de désescalade face à une situation sanitaire pourtant fragile. 

Si dans la forme le discours est plus clair, dans le fond, les chiffres mis en avant, occultent volontairement la progression de l'épidémie, malgré des restrictions sanitaires strictes depuis des mois. C'est ainsi que dès le jeudi 1er juillet prochain, davantage activités sont autorisées, sous le respect des protocoles sanitaires et pourront accueillir 50 personnes au maximum. Rappelons que le pays est toujours quadrillé en zone rouge. 
 
Voici les activités qui seront autorisées à partir du 1er juillet mais sous certaines conditions 

Très fièrement, le chef du gouvernement a revendiqué que « Nous nous rapprochons de plus en plus de notre objectif : c’est-à-dire, vacciner 60 % de la population afin d’atteindre l'immunité collective ». En effet, 500 000 vaccins ont été administrés, soit jusqu’à présent 40 % de la population qui a reçu une première dose de vaccin, ce qui représente un adulte vacciné sur deux.

Si Pravind Jugnauth se dit « fier » des résultats, « Mwa ek mo gouvernman nou pou kontinie fer tou zefor pou ki ankor plis Morisien vaksine», il n'empêche que c'est sous forme de la loi que le gouvernement a réussi l'exploit d'imposer la vaccination auprès des des professionnels de la Santé et ceux de l’Éducation, en ayant recours à la Quarantine Act 2020.

Le chef du gouvernement affirme que Maurice figure parmi les pays ayant pu vacciner un grand pourcentage de sa population. « Dan mem kategori ki sertin pei europeein », a-t-il ajouté. Certes, mais à quel prix ? L'île Maurice faut-il le souligner est un des rares pays au monde où la population n'a eu d'autres choix que de se faire vacciner avec un formulaire de consentement très controversé, qui dédouane le gouvernement mauricien devant ses responsabilités de santé publique. Sans compter que les vaccins inoculés ne sont pas toujours pas reconnus dans l'Union Européenne. Un échec qui n'a pas de nom mais qui sent tout de même le souffre.

Vendredi 25 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Règles communautaires

Nous rappelons qu’aucun commentaire profane, raciste, sexiste, homophobe, obscène, relatif à l’intolérance religieuse, à la haine ou comportant des propos incendiaires ne sera toléré. Le droit à la liberté d’expression est important, mais il doit être exercé dans les limites légales de la discussion. Tout commentaire qui ne respecte pas ces critères sera supprimé sans préavis.